Pages

jeudi 2 août 2018

Toujours 2 faucons pèlerins juvéniles, possiblement 3, au Pont Champlain

Alors que les 2 faucons pèlerins juvéniles mâles nés à l'Université de Montréal semblent avoir (peut-être momentanément) quitté le secteur, 2 faucons pèlerins juvéniles étaient toujours présents au Pont Champlain le 31 juillet et un survol par 3 faucons pèlerins qui se chamaillaient permet d'envisager qu'ils étaient 3. Mes observations de juillet dans le secteur du Pont Champlain m'ont également permis de documenter l'utilisation du nouveau pont (séparément) par un juvénile et par un adulte. Les 4 fauconneaux nés au nichoir du Pont Champlain cette année ont vraisemblablement effectué leur premier vol début juillet.


2 faucons pèlerins juvéniles le 31 juillet

2 fauconneaux étaient visibles à plusieurs reprises simultanément en fin d'après-midi ce jour-là. Sur cette photo prise à 18h58 on en voit 2 au sommet d'un pylône électrique à l'Est du pont (ce pylône est facile à reconnaitre puisqu'il est accompagné d'un autre pylône semblable à quelques dizaines de mètres).

2 faucons pèlerins juvéniles sur un pylône électrique

Et voici une courte vidéo:

 

Possibilité de 3 juvéniles le 30 juillet

Le 30 juillet peu après 18h je me trouvais sur la piste cyclable un peu à l'Est du pont quand 2 faucons ont surgi venant de la Voie Maritime. Les faucons ne volaient pas beaucoup plus haut que la cime des arbres et on entendait des cris de juvéniles. Un des faucons a tenté d'accrocher l'autre. Puis un 3ième faucon est apparu qui transportait quelque chose dans son bec. Il a été pris à parti par un des 2 premiers faucons. Le tout s'est passé très vite et suggérait une interaction de 3 fauconneaux mais je ne peux pas exclure totalement la possibilité que le trio incluait un adulte.


Utilisation du nouveau pont par les faucons pèlerins

Repas d'un juvénile sur une chevêtre du nouveau pont (11 juillet)

À 19h06 un juvénile est venu se percher sur le garde-fou temporaire de la première chevêtre vers le sud à partir de la piste cyclable de la Voie Maritime. Un plan large dans la vidéo ci-dessous (à 6mn46 environ) permet de mieux situer l'endroit. Il est rapidement apparu qu'il avait une proie, qu'il a commencé à manger.


Après avoir fini  son repas le fauconneau s'est déplacé sur le garde-fou. Il s'est envolé à 20h24 en direction de l'Ile des Sœurs.

 

Adulte sur le pilier principal du nouveau pont (30 juillet)

Vers 18h46 j'ai remarqué un faucon pèlerin adulte sur une sortie de câble (le câble n'est pas encore installé) du pilier principal du nouveau pont.

Après une minute le faucon s'est envolé.


Autres observations

  • Le 30 juillet j'ai été accueilli par un faucon pèlerin juvénile perché sur un lampadaire de l'estacade non loin de la voie maritime.

    Il criait beaucoup. Histoire de ne pas ajouter à son éventuel stress je ne me suis pas attardé. Il s'est apparemment envolé peu après mon passage sous lui.
  • À plusieurs reprises j'ai vu un juvénile chasser au-dessus de la portion de la piste cyclable située à l'Est du pont. Le juvénile a visiblement compris qu'il doit se taire à ce moment-là. En revanche, quand il rentrait d'une chasse infructueuse, c'était autre chose! Les juvéniles chassaient aussi au-dessus de l'eau au sud de la voie maritime.
  • On pouvait craindre que les travaux en hauteur sur le pilier principal du nouveau pont dissuadent les faucons pèlerins de se percher sur des pointes du pont actuel près de la piste cyclable. Il n'en est rien: j'ai pu observer à de nombreuses reprises un juvénile sur une de ces pointes, et même un adulte. 
    Juvénile sur une "pointe" du pont actuel, 30 juillet
  • De 13h45 à 17h30 le 31 juillet je n'ai observé aucun faucon pèlerin, une indication qu'ils fréquentent un autre secteur à certains moments de la journée. J'ai pu observer au cours de mes 4 après-midi d'observation plusieurs déplacements en direction ou en provenance de l'Ile des Sœurs, ce qui suggère que comme il y a quelques années les faucons pourraient fréquenter la partie du pont située entre l'Ile des Sœurs et la Voie Maritime.


Liens connexes






mardi 31 juillet 2018

Éole et Eve pourraient-ils aller nicher à l'Oratoire Saint-Joseph en 2019?

Cet article a été publié le 12 août 2018.

Suite aux récentes visites par Éole et Eve de 2 nids de corbeau à l'Oratoire Saint-Joseph, il est naturel de se demander si le couple ne pourrait pas utiliser ces nids pour nicher en 2019.

Eve dans un des 2 nids de corbeau - 24 juillet 2018

Commençons par préciser que les faucons pèlerins choisissent l'emplacement de leur nid en mars-avril et non en été: Éole et Eve illustrent d'ailleurs très bien cela avec leur déménagement in extremis à l'église Saint-Marc en 2015. De plus il est généralement admis que les faucons pèlerins réutilisent leur nid d'une année à l'autre lorsque les nidifications sont couronnées de succès, ce qui donne un avantage au nichoir de l'Université de Montréal pour 2019. Ceci étant dit, voici pêle-mêle quelques raisons de penser qu'il pourrait y avoir un certain suspens en 2019.

  • Il est connu que les nids de corbeau peuvent être utilisés par les faucons pèlerins. 
  • Le nid de corbeau visité par Spirit en 2014 a été retiré à l'automne de la même année par les gens de l'Oratoire sans doute en raison des risques liées à la chute de branches sur les visiteurs. Il n'y a donc pas eu de suspens en 2015 (quoiqu'il aurait été très étonnant que Spirit abandonne l'université de Montréal après tant d'années de succès à cet endroit).  Les nids visités par Eve et Éole sont situés sur une autre façade où ils ne posent aucun risque pour les visiteurs. Ces nids ne datent d'ailleurs pas de cette année. 
  • Éole et Eve ont niché en 2015 dans un dessous de toit d'une église (l'église Saint-Marc) qui présente plusieurs similitudes avec le dessous de toit de l'Oratoire où se trouvent les nids de corbeau. De plus Eve dort durant l'hiver dans une autre église (l'église Saint-Jean-Baptiste). L'Oratoire Saint-Joseph n'est donc pas un type d'environnement inconnu pour Eve.
  • Eve et Éole ont connu 3 nidifications réussies, toutes à des endroits différents: l'église Saint-Marc en 2015, l'incinérateur des Carrières en 2016 et l'Université de Montréal en 2018. Et si Eve a eu une vie avant de rencontrer Éole, il pourrait même y avoir un 4ième endroit puisqu'il est quasiment impossible qu'une nidification réussie soit passée inaperçue à l'église Saint-Marc ou à l'incinérateur des Carrières. Certes l'église Saint-Marc a été rendue inutilisable pour les faucons pèlerins à l'automne 2015 mais je n'ai pas connaissance qu'Eve ou Éole aient été revus à cet endroit après leur nidification de 2015. Éole et Eve avaient tenté sans succès de nicher à l'incinérateur des Carrières en 2014.
  • Eve a du faire face seule à ce qui pour elle était une attaque sur ses petits: je parle du baguage. Or certains éléments suggèrent qu'elle a plutôt mal vécu cet évènement. Je développerai ce point plus en détail. Je précise dès à présent que je suis 100% en faveur des baguages. 
  • Contrairement à Spirit, Eve n'a pas vécu un baguage en tant que juvénile.


Un baguage mal vécu?

Le baguage des 4 juvéniles nés à l'Université de Montréal a eu lieu le 10 juin 2018.  Eve a du faire face seule à cette épreuve. 36 heures plus tard, les fauconneaux quittaient définitivement le nichoir. Puis le 26 juin, Éole et Eve réagissaient très fortement à la présence de travailleurs sur un toit.

Le baguage

Lors du baguage, Éole était selon toute vraisemblance à la chasse. Eve a donc du faire face seule. Circonstance possiblement aggravante, comme je l'ai déjà mentionné, Eve n'a pas connu le baguage en tant que juvénile. Lorsque Éole est revenu avec une proie après la fin du baguage Eve a cessé de crier mais elle a laissé Éole nourrir les fauconneaux alors que c'était en principe son rôle. Elle a eu d'autres comportements étranges par la  suite comme par exemple promener la proie entre le nichoir et l'extérieur sans raison apparente.

 

Les fauconneaux évacuent le nichoir

La nuit suivant le baguage, les fauconneaux ont tous dormi dans le nichoir. Mais cela a été leur dernière nuit à cet endroit. Évidemment il est impossible de savoir si cette décision est venue des fauconneaux ou des adultes. Mais les animaux sont sans doute suffisamment intelligents (on pourrait aussi parler d'instinct) pour réaliser que si un prédateur est venu une fois - même s'il n'a pas réussi à tuer de petit - il pourrait revenir. Par conséquent dès que (tous) les petits sont en état de quitter le nid, il serait compréhensible que les adultes les amènent ailleurs. À noter que lors du baguage les intrus se trouvaient sur une portion très limitée de la tour puisqu'ils sont arrivés par l'intérieur de la tour. Les autres endroits de la tour ont donc pu être considérés sécuritaires par Eve.

Réaction très forte des adultes face à des travailleurs sur un toit

Le matin du 26 juin, les 2 adultes ont survolé en alarmant un toit sur lequel se trouvaient des travailleurs. Pourtant aucun fauconneau ne se trouvait sur ce toit.  Certes les 2 fauconneaux mâles se trouvaient sur une petite tour située sur ce toit, mais à une hauteur de plusieurs étages. La photo ci-dessous donne une idée de la situation (lorsque j'ai pris la photo, il n'y avait aucun cri d'alarme de la part des faucons comme si les faucons n'intervenaient que lorsque les travailleurs franchissaient une certaine ligne).


Je n'ai pas connaissance qu'Éole et Eve ont eu une telle réaction à l'église Saint-Marc ni à l'incinérateur des Carrières, pourtant dans les 2 cas des fauconneaux se sont retrouvés proches des humains lors de leurs premiers vols. Je n'ai pas assisté non plus à une telle scène aux autres sites que j'ai l'habitude de surveiller (Échangeur Turcot, Pont Champlain, Tour de la Bourse). Se pourrait-il qu'Eve ait réagi aux travailleurs qui s'approchaient des fauconneaux en raison du baguage et qu'elle ait entrainé Éole?

 

Conclusion

Le fait que les nids de corbeau de l'Oratoire Saint-Joseph seront sans doute encore disponibles au printemps prochain, qu'Eve a plusieurs fois déjà changé de site de nidification et qu'elle pourrait avoir mal digéré le baguage promet un certain suspens pour 2019. Même s'il existe de bons arguments en faveur d'une réutilisation du nichoir en 2019, disons qu'il serait préférable qu'il n'y ait pas de présence humaine sur la tour durant les mois qui précèdent la nidification! Dans l'immédiat il sera intéressant de voir l'utilisation qu'Eve et Éole feront de l'Oratoire. Le fréquenteront-ils cet hiver? Eve suivra-t-elle l'exemple de Spirit en dormant à l'Oratoire durant la saison froide? 

Eole et Eve s'installent à l'Oratoire Saint-Joseph, visitent les nids de corbeau

Cet article a été publié le 12 août 2018.

Ces derniers jours, Éole et Eve étaient souvent vus à l'Oratoire Saint-Joseph, accompagnés de fauconneaux ou seuls. Éole et Eve en ont profité pour visiter 2 nids de corbeau. Par ailleurs 2 observations en soirée permettent d'envisager la possibilité qu'Eve a dormi à l'Oratoire.

Par souci de simplification j'ai supposé que les faucons pèlerins adultes observés étaient Éole et Eve. De toute façon, Eve n'étant pas baguée, il ne sera jamais possible de l'identifier avec certitude. Quant à Éole il n'a pas été toujours possible de lire sa bague au complet. Une observation, celle du 26 juillet, est cependant troublante en ce sens qu'elle suggère - en combinaison avec les enregistrements de la caméra de Faucons de l'UdeM - qu'il pourrait y avoir eu 3 faucons pèlerins adulte.

Cet article couvre principalement la période du 20 au 29 juillet.


Observations antérieures

Les visites de l'Oratoire Saint-Joseph par les faucons pèlerins de l'Université de Montréal ne sont pas nouvelles. Je me suis même fait dire qu'avant de venir nicher à l'Université de Montréal en 2009 le couple de faucon était installé  à l'Oratoire et que c'est la réfection de sa toiture qui les a forcés à déménager (si quelqu'un a des informations sur cet épisode, contactez-moi). Ce que j'ai pu constater par moi-même c'est que Spirit semblait aimer cet endroit, et par conséquent on la voyait régulièrement à l'Oratoire, ainsi que ses compagnons successifs. Spirit utilisait entre autre l'Oratoire comme dortoir durant l'hiver. Au printemps 2012, c'est à l'Oratoire que Spirit et Roger ont tenté de nicher (sans succès) pendant que la tour de l'université de Montréal était en travaux. Je mentionnerai 2 autres observations notables de l'ère de Spirit.  D'abord durant la saison de nidification de 2014, Spirit, Roger et au moins un fauconneau ont été observés visitant un nid de corbeau. Puis le 15 janvier 2015, j'ai observé à l'Oratoire un accouplement entre Spirit et Eole, le premier accouplement observé du nouveau couple Spirit-Éole.

Après que Eve eut chassé Spirit en juin 2017, Eole et Eve ont été observés à quelques reprises à l'Oratoire. Ma dernière observation des 2 faucons avant juillet 2018 remonte au 22 septembre 2017

Durant la première moitié de 2018, je ne manquais pas lors de mes observations à l'université de Montréal de zoomer sur les perchoirs habituellement par les faucons à l'Oratoire, sans rien remarquer. Je n'ai pas non plus noté de déplacements réguliers dans cette direction. Le 6 juin j'ai discuté avec une employée de l'Oratoire qui travaille à l'aménagement paysager et qui avait déjà montré dans un passé un intérêt pour les faucons. Elle m'a indiqué que ça faisait un mois qu'elle avait recommencé à travailler et qu'elle n'avait remarqué ni faucon ni reste de proie.

Le 6 juillet un des juvéniles est parti dans la direction de l'Oratoire. De loin j'ai remarqué un peu plus tard un oiseau qui tournait autour du lanterneau de l'Oratoire. Mais en me rendant sur place ce sont des jeunes corvidés qui s'amusaient en vol que j'ai trouvés. Le 14 juillet, j'observe 3 faucons pèlerins sur l'antenne de télécommunication de Rockhill, dont au moins un juvénile (Rockhill est un ensemble de plusieurs immeubles qui jouxtent l'Oratoire).

 

Des fauconneaux à l'Oratoire

Observation du 20 juillet

Bien que les fauconneaux ont sans doute commencé à fréquenter l'Oratoire quelques jours auparavant, c'est le 20 juillet que je documente pour la première fois leur présence.

À 9h du matin je surveillais Isis et un adulte à l'Université de Montréal. À 9h37 j’aperçois 2 faucons qui s'éloignent vers l'Oratoire, au moins un étant un fauconneau à en juger par les cris. Je constate immédiatement que l'adulte n'est plus son perchoir. Isis quitte dans la même direction à 10h09. À 10h17 en zoomant sur l'Oratoire je constate la présence de ce qui semble être 2 faucons pèlerins. Une fois rendu sur place je constate qu'il y a en fait 3 juvéniles sur les corniches de l'Oratoire.
2 faucons pèlerins juvéniles - 20 juillet 2018

Un 3ième faucon pèlerin juvénile - 20 juillet 2018

Pendant que j'examinais les autres corniches pour tenter de trouver le 4ième juvénile, 2 des juvéniles se sont envolés en direction de Queen Mary. Il était 10h46. J'ai réussi à identifier le fauconneau restant comme étant Isis et j'ai également remarqué un adulte.
Faucon pèlerin adulte - 20 juillet 2018

J'ai quitté à 12h35.

Observation du 21 juillet

À 6h13 je remarque depuis l'université ce qui semble être un faucon pèlerin à l'Oratoire. Sur place je ne trouve aucun faucon.  Mais entre 7h20 et 7h23 j'assiste à l'arrivée de 3 juvéniles. J'arriverai à en identifier 2 sur 3: Altair et Aura. Les juvéniles ont en particulier du faire face à un merle d'Amérique pas content de leur présence. À 7h34 2 juvéniles s'envolent en direction de l'institut gériatrique (qui est aussi la direction de l'aéroport de Montréal). Seule Aura reste et elle était encore présente quand j'ai quitté à 8h42. J'ai jeté un rapide coup d’œil à l'institut gériatrique sans rien remarquer. Rien de visible non plus à l'université de Montréal vers 9h30.

Aura et un juvénile non identifié face à un merle d'Amérique

Altair (C70) sur l'ornement de droite de la façade avant

Aura (82W) sous le toit de la façade avant

Observation du 22 juillet

De 17h à 21h j'observe principalement à l'Université de Montréal. Après avoir observé Altair et un juvénile non identifié à l'université, je décide de jeter un coup d’œil à l'Oratoire. À mon arrivée à 18h38 un juvénile quitte en criant. Resté au niveau de la rue Queen Mary je ne vois rien d'autre. Je quitte à 19h. De retour à l'université j'ai à nouveau vu 2 juvéniles, dont 1 qui a poursuivi un corvidé qui n'a pas vraiment apprécié.


Visites des nids de corbeau

Observation du 24 juillet

Lorsque je suis arrivé à l'Oratoire à 11h40, j'ai aperçu un faucon en vol qui s'est posé sous un toit du côté des jardins. J'ai été immédiatement intéressé puisque cela faisait quelques années que se trouvaient sous ce toit 2 nids de branches construits par des corbeaux (un nid à chaque extrémité du dessous du toit). Un fauconneau se trouvait sous le toit de la façade avant de l'Oratoire mais il était trop au fond pour que je puisse bien le voir.

Depuis les jardins de l'Oratoire j'ai en effet constaté qu'un adulte se trouvait dans le nid de droite:
Faucon pèlerin adulte au nid de corbeau de droite

Ce faucon n'était pas bagué à la patte gauche, il s'agissait donc d'Eve:
Eve à droite du nid
À 12h11 Eve s'envole et rejoint le nid de gauche. On entend une forte discussion (fichier audio à venir), indice de la présence d'un 2ième faucon. Un faucon quitte cet endroit une minute plus tard et la discussion cesse. Mais Eve Belisle a pu confirmer via la caméra qu'un faucon se trouvait toujours au nid (ironiquement je ne pouvais pas voir le faucon bien que je me trouvais à quelques mètres alors que la caméra située beaucoup plus loin en était capable; en fait, à cause d'un arbre, mon seul point d'observation se trouvait pratiquement au pied de la façade et le faucon était trop au fond de la corniche pour que je puisse le voir).

À 12h37 je découvre Éole (bague noire à la patte gauche) sur un ornement de la façade avant. Je ne m'attarde pas. À 12h47 je suis sur la rue Surrey Gardens d'où j'ai une bonne vue sur les nids de corbeau. Eve est toujours là:
Je quitte presque aussitôt pour aller manger et chercher mon trépied.

Je suis de retour à 15h43. Un faucon adulte est perché sur l'ornement central de la façade avant. Lorsqu'il s'envole à 16h23, il ne semble montrer aucune bague: il s'agirait donc d'Eve
À 16h51, 2 faucons arrivent en poussant des cris de juvénile. Je monte aux jardins. Un juvénile se perche sur la croix de l'Oratoire, un autre vole autour de lui. Je décide de faire le tour et je rejoins la rue Surrey Gardens. Les juvéniles ont disparu mais un adulte est au nid de corbeau côté gauche.
La pluie m'empêche de filmer. Le faucon s'envole vers 17h29. À 17h48 je trouve un faucon adulte non bagué sous le toit de la façade Avant. Plusieurs averses interrompent l'observation. À 19h50 le faucon s'envole et va se percher près du nid de corbeau de gauche. Au même moment un autre faucon arrive et se perche sur une corniche supérieure. Je suis alors sur la rue Queen Mary. À 20h07 le faucon quitte les abords du nid et se perche sur l'ornement central de la façade avant. À 20h18 il descend de l'ornement et j'ai eu l'impression qu'il voulait se blottir contre l'ornement mais il remonte sur l'ornement à 20h25. Il était toujours là à 20h55 quand j'ai quitté (coucher du soleil le 24 juillet à Montréal: 20h32). L'autre faucon a quitté à 20h26. À moins qu'il y a eu une substitution pendant les averses, le faucon qui est resté à l'Oratoire était Eve; l'autre faucon était sans doute Éole.

Observation du 25 juillet

J'arrive sur Surrey Gardens à 11h31 juste au moment où un faucon quitte le nid de corbeau de gauche. Un 2ième faucon est toujours au nid. Il y est toujours quand je quitte vers 13h. En redescendant je trouve un adulte sous le toit de la façade Avant ainsi que 2 juvéniles sur des corniches.


Le mystère du 26 juillet: 3 adultes?

Le 26 juillet j'observe un adulte et un fauconneau. Pourtant 2 adultes ont été aperçus au nichoir de l'Université de Montréal pendant cette période de temps. Il est bien sur possible que l'adulte ait fait un aller-retour à l'université sans que je m'en aperçoive  mais cette histoire est troublante. Je vais donc la raconter en détails.

Mes observations à l'Oratoire

Je passe rapidement sur une première période d'observation de 11h20 à 13h: je n'ai vu aucun faucon aller aux nids de corbeau, j'ai vu un juvénile sur une corniche et j'ai sans doute assisté à un transfert de proie en vol près de l'antenne de Rockhill d'Éole à un(e) juvénile (Éole est venu se percher sur la façade avant de l'Oratoire par la suite, ce qui m'a permis de l'identifier).

Je suis de retour à 14h55. J’aperçois un adulte et un juvénile. Quelques minutes plus tard je remarque un autre juvénile. Ces 2 juvéniles ont été identifiés par la suite comme étant Aura et Isis. J'ai pu prendre de multiples photos des pattes de l'adulte qui montrent que celui-ci n'est pas bagué.
Adulte non bagué, 15h12
Ayant déterminé que l'adulte n'était pas bagué, je me suis concentré sur les fauconneaux. Ma dernière photo de l'adulte date de 15h13, ma dernière photo d'une fauconneau de 15h40. Après cela une averse m'a forcé à m'abriter. Je n'ai repris l'observation qu'à 15h57: l'adulte et un juvénile étaient alors visibles. C'est à ce moment qu'a commencé l'observation à l'Université de Montréal.

 

Adultes à l'Université de Montréal

9 photos de la visite des adultes à l'Université de Montréal ont été publiées sur Facebook avec le texte suivant: "Les 2 parents sont arrivés à quelques minutes d'intervalles et repartis aussitôt. 26 juillet 2018 (15h57 à 16h13)". La caméra était maniée par Sola. Sola m'a par la suite donné plus de détails via le chat et Lise Vaillancourt m'a envoyé une photo prouvant que le premier adulte était Éole. Merci à elles.

Ce qui suit est basé sur la capture d'écran de ma conversation avec Sola. Éole est arrivé au nichoir à 15h57 où il est resté une quinzaine de minutes. À 16h13mn56 une photo le montre regardant vers le haut et criant (d'après la légende de Lise Vaillancourt; Sola m'a également indiqué qu'il a vocalisé un peu). L'heure est difficilement visible sur la photo envoyée par Lise Vaillancourt mais il semble que c'est 16h14. On y voit le faucon sur le toit du nichoir. Le E83 sur sa bague confirme qu'il s'agit d'Éole. La photo ci-dessous est un agrandissement de la photo envoyée par Lise Vaillancourt.

Éole sur le toit du nichoir (crédits: Lise Vaillancourt et http://www.fauconsudem.com/)

Les photos du 2ième adulte ne sont malheureusement pas datées mais il serait arrivé au nichoir après le départ du premier faucon et il y serait resté environ 5 minutes ("arrivée 2 minutes après et restée comme 5 minutes"). Sur 2 des photos on voit une partie substantielle de la patte gauche de ce 2ième adulte et aucune bague n'est visible. Afin d'effacer tout doute il aurait été souhaitable de voir une partie plus importante de la patte mais d'après Eve Belisle il s'agit bien de 2 faucons différents.

Suite de mon observation à l'Oratoire

À mon retour à l'extérieur après l'averse à 15h57, un adulte était visible au même endroit qu'auparavant. En revanche un seul juvénile était encore visible et il avait changé de place. À 16h08 j'avais identifié le juvénile comme étant Aura. J'ai alors cessé de prendre des photos puisque je craignais d'être à court de batterie. Ce n'est qu'à 16h29 que j'ai photographié à nouveau l'adulte:

Aura s'est envolée à 16h47, a apparemment tenté d'attraper quelque chose sur la cime d'un arbre puis a disparu. Je me suis déplacé pour jeter un coup d’œil aux jumelles sur l'antenne de Rockhill et sur la tour de l'université de Montréal, sans le revoir. À mon retour à 17h03 l'adulte était toujours au même endroit. Il s'est envolé à 17h21 dans la direction opposée à l'université de Montréal.


À 17h44 je suis témoin d'interactions en vol entre 2 faucons où on pouvait entendre à la fois des cris de juvénile et des tsioups d'adulte. J'ai pu suivre aux jumelles l'un d'eux jusqu'à la tour de l'Université de Montréal où il s'est posé. J'ai ensuite quitté l'Oratoire pour poursuivre mes observations à l'Université de Montréal. Entre 18h et 21h j'ai eu l'occasion d'observer 2 juvéniles (Isis et vraisemblablement Aura) ainsi qu'un adulte.

Une autre visite d'Éve et d'Éole à l'université le sur-lendemain 

Le 28 juillet Éve et Éole ont visité l'université de Montréal. J'ai eu la chance de voir cette visite en direct via la caméra. Les 2 faucons étaient visibles en même temps, l'un au nichoir et l'autre à proximité. J'ai peu de doute qu'il s'agissait effectivement d'Eve et d'Éole et les vocalisations ne suggéraient absolument pas la présence d'un intrus. Quelques photos ont été publiées sur Facebook.

Discussion

S'il n'y avait que 2 faucons adultes le 26 juillet, celui de l'Oratoire ne pouvait être qu'Eve puisqu'il était présent au moment où un faucon bagué a été observé à l'Université de Montréal (ceci est également consistant avec les photos prises à 15h12 à l'Oratoire qui montrent un faucon non bagué). Eve aurait donc fait un aller-retour à l'université de Montréal entre 15h57 et 16h29 sans que je m'en aperçoive. Pourtant je n'ai rien fait d'autre qu'observer (pas de texto, pas de discussion avec des gens, pas de lecture).  Une explication possible est que j'ai quitté momentanément mon poste d'observation pour examiner les autres corniches. Une telle absence, si elle a eu lieu entre 16h08 et 16h29, n'était pas très longue puisque je n'avais jamais vu de faucon sur les corniches donnant vers le parking supérieur cette année et je n'avais donc aucune raison de m'attarder. Les photos que j'ai prises à 16h29 pourraient coïncider avec mon retour à mon point d'observation initial. Une autre étrangeté est que j'ai trouvé non seulement l'adulte à la même place mais également Aura. On peut également se questionner sur la raison de cet aller-retour.

S'il y avait un 3ième faucon adulte, plusieurs scénarios sont possibles
  • L'intrus est le 2ième faucon à visiter le nichoir. Ce scénario a l'avantage de ne pas nécessiter un déplacement du faucon que j'observais à l'Oratoire. 
  • L'intrus est le faucon que j'observais à l'Oratoire. Dans ce cas il cohabitait avec 2 juvéniles mais il est vrai que je n'ai pas vu d'interaction entre l'adulte et les juvéniles (excepté à 17h44 mais comme l'adulte s'était envolé à 17h21 je ne peux pas garantir que l'adulte impliqué dans la poursuite était celui que j'observais).
  • L'intrus est un faucon qui aurait visité l'université de Montréal sans être remarqué par la caméra. Son intrusion aurait provoqué la venue d'Éole puis d'Eve.
La visite d'Eve et d'Éole à l'université le lendemain apporte du poids à l'idée que ce sont eux qui ont visité le nichoir le 26 juillet. D'un autre côté, si un intrus avait profité de leur absence pour visiter l'université, il serait compréhensible qu'Eve et Éole soient davantage présents à l'université pour éviter qu'une telle intrusion se reproduise.


29 juillet

Je suis arrivé à l'Oratoire Saint-Joseph à 7h16. Aucun faucon ne semblait présent. Un adulte est arrivé à 7h49 et s'est perché sur la corniche près du nid de corbeau de droite. Il a plongé vers l'avant de l'Oratoire à 7h55. J'ai trouvé Éole sur la façade avant de l'Oratoire quelques instants plus tard. À 8h18 2 juvéniles arrivent de la direction de l'Université de Montréal en criant. Éole préfère quitter. Comme on l'entend dans la vidéo ci-dessous un des juvéniles poussait des cris d'alarme (j'espère d'ailleurs qu'il a été puni pour cela par un des adultes!).

Les 2 juvéniles repartent presque aussitôt. Un adulte (probablement Éole) revient se percher sur la façade Avant à 8h28. Il y est toujours quand je quitte à 9h37. Une photo prise de loin montre un faucon à côté du nid de corbeau de gauche à 9h40. J'ignore s'il s'agissait d'Éole qui s'est déplacé ou d'un autre faucon.

Je décide de revenir en fin de journée. J'arrive à l'Oratoire à 17h33. Aucun faucon ne semble présent. À 17h42 j’aperçois un faucon en vol qui finit par se poser sur la croix de l'Oratoire 4 minutes plus tard. Il y restera jusqu'à 18h13. Je l'ai ensuite perdu très haut dans le ciel. De 19h à 19h25 j'observe aux jumelles 2 faucons à l'Université de Montréal. J'interromps cette surveillance lointaine lorsque j'entends un merle d'Amérique se mettre à alarmer. Vérification faite, un adulte se trouvait sur la corniche supérieure de l'Oratoire au-dessus des nids de corbeau. Il y était toujours à 20h51 quand j'ai quitté (coucher du soleil le 29 juillet: 20h26).


Conclusion

Jusqu'à l'année dernière les présences d'Éole (et parfois d'Eve) à l'Oratoire Saint-Joseph étaient probablement liées à la présence de Spirit à cet endroit. Pour la première fois, Éole et Eve fréquentent cet endroit indépendamment de Spirit. Il sera intéressant de voir jusqu'à quand Éole et Eve seront présents à cet endroit, en particulier si on les verra au-delà du 22 septembre. On sait qu'Eve passe ses hivers à l'église Saint-Jean-Baptiste. Il sera intéressant également de voir si elle troquera cette église pour l'Oratoire, beaucoup plus proche de l'Université de Montréal. À plus long terme, se pourrait-il qu'Eve et Éole décident de nicher à l'Oratoire plutôt qu'à l'Université de Montréal? J'aborde cette question dans un article séparé


jeudi 19 juillet 2018

Retour d'Algo et Polly à l'Échangeur Turcot, échec de la nidification à l'église River's Edge

Article initialement publié le 19 juillet, révisé le 23 juillet.

Il y a 3 jours le 16 juillet, j'ai pu observer pendant plus de 2 heures Algo et Polly ensemble à l'Échangeur Turcot. Cette longue présence loin de leur nid de l'église River's Edge confirme ce dont on se doutait depuis quelques temps, à savoir l'échec de leur nidification. Cet article relate les observations récentes à l'Échangeur Turcot et fait le point sur la tentative de nidification à l'église River's Edge.

Un petit mot sur le titre de l'article, plus spécifiquement sur le mot "Retour". Les faucons pèlerins n'ont probablement jamais totalement quitté l'Échangeur Turcot qui a toujours fait partie de leur territoire.  De fait, le faucon pèlerin qui quittait l'église River's Edge à la fin de sa période de couvaison a été aperçu plus de une fois se dirigeant vers l'Échangeur Turcot. Mon observation d'il y a 3 jours suggère qu'Algo et Polly ont recommencé à passer une partie importante de leurs temps à l'Échangeur Turcot. C'est dans ce sens qu'il faut comprendre le mot "Retour".

 

Observations récentes à l'Échangeur Turcot

Entre le 3 mai où j'avais vu Polly se diriger vers l'église River's Edge après un accouplement avec Algo et le 10 juillet je n'ai pas fait de visite substantielle à l'Échangeur Turcot (j'ai effectué de courts passages les 18 mai ainsi que les 4, 5 et 14 juillet sans voir de faucon pèlerin). L'observation du 3 mai est racontée dans cet article. À partir du 3 mai des observations nous ont amenés d'abord à constater que les faucons avaient déménagé à l'église River's Edge puis à conclure que le nid contenait probablement des œufs.

Polly à l'Échangeur Turcot le 10 juillet

Le 10 juillet j'ai tenté quelque chose que j'aurais voulu faire bien plus tôt, à savoir tester l'hypothèse que Algo continuait à dormir à l'Échangeur Turcot.  Je suis arrivé à l'Échangeur Turcot à 19h48. À 20h12 c'est Polly que je découvre perchée sur la canalisation de la rue Saint-Patrick. Elle s'est envolée quelques instants plus tard. Dans la mesure où Polly a pu retourner à l'église River's Edge pour y passer la nuit, cette observation n'était absolument pas incompatible avec la poursuite d'une nidification à River's Edge. Détails.

2 faucons pèlerins observés brièvement à l'Échangeur Turcot le 15 juillet

Ce n'est que le 15 juillet que j'ai l'occasion de tenter de répéter mon observation du 10 juillet. En arrivant par le parc Gadbois à 19h15 je remarque un faucon pèlerin qui se perche sur un lampadaire de l'autoroute. En cours d'observation, j'ai fait face au dilemme suivant: continuer à le surveiller ou aller jeter un coup d’œil à la canalisation de la rue Saint-Patrick où Polly se cachait le 10 juillet? J'ai choisi la première option. Le faucon s'est envolé à 20h. Je l'ai perdu de vue entre les piliers mais des vocalises m'ont attiré vers le canal où j'ai trouvé 2 faucons pèlerins: Polly sur un pilier et un autre sur la canalisation de la rue Saint-Patrick. Pour mon plus grand plaisir Polly a alors rejoint le bord du canal pour s'abreuver:

Polly au bord du canal Lachine, 15 juillet 2018, 20h04
Polly a ensuite rejoint l'autre faucon sur la canalisation de la rue Saint-Patrick. Malheureusement le temps que je m'y rende ce 2ième faucon avait disparu. Polly a visité plusieurs perchoirs avant de rejoindre à 20h25 une travée au-dessus de la rue Saint-Patrick. J'ai quitté à 20h35. Un récit plus complet ainsi que d'autre photos sont disponibles sur cette publication Facebook. Cette observation était plus intéressante que celle du 10 juillet mais elle avait néanmoins 2 points faibles: je n'ai vu le 2ième faucon que pendant 4 minutes et surtout je n'ai pas pu l'identifier hors de toute doute comme étant Algo (comme à pratiquement chaque année un 3ième faucon pèlerin avait été aperçu à l'Échangeur Turcot ce printemps).

Algo et Polly observés pendant plus de 2 heures le 16 juillet

Le lendemain 16 juillet je suis arrivé à l'Échangeur Turcot vers 7h10. À 7h55 Polly est arrivée avec une grosse proie entre ses serres de la direction du pont Monk, suivie 3 minutes plus tard par Algo. Polly a procédé au plumage de sa proie et l'a mangé en partie avant d'aller déposer les restes dans un garde-manger à 8h26. Les 2 faucons se sont ensuite déplacés vers la rue Saint-Patrick. Polly est restée sur la canalisation de la rue Saint-Patrick jusqu'à 9h52 avant d'aller se percher sur une autre canalisation 3 piliers plus loin vers le sud où elle était encore quand j'ai quitté à 11h10. Algo de son côté a fait une sieste sur une travée au-dessus de la rue Saint-Patrick jusqu'à 10h06 avant de rejoindre la canalisation de Saint-Patrick d'où il a dialogué avec Polly. Il a quitté 2 minutes plus tard dans sa direction mais est probablement allé plus loin, en tout cas je ne l'ai plus revu. En résumé, sur les 4 heures de mon observation, Polly et Algo étaient présents ensemble pendant 2h10, soit plus de 50% du temps (Polly était présente pendant plus de 3 heures).
Polly sur la canalisation de la rue Saint-Patrick, 8h37
Algo sur la canalisation de la rue Saint-Patrick, 10h06
Un récit plus complet ainsi que d'autre photos sont disponibles sur cette publication Facebook


Ce que l'on sait de la tentative de nidification à l'église River's Edge

Comme expliqué dans cet article, une surveillance vidéo le 9 mai ne montrait aucun signe d'incubation, contrairement aux surveillances vidéo suivantes des 16 et 18 mai. En se basant sur une durée d'incubation de 32 à 35 jours, des naissances auraient du survenir au plus tard vers le 21 juin. Les observations montrent qu'Algo et/ou Polly ont continué à fréquenter le nid bien au-delà de cette date (une longue présence d'un des faucons a été enregistrée le 5 juillet au dernier jour de la première canicule) mais aucun apport de nourriture au nid n'a été observé.

Voici un résumé des principales observations qui ont été faites, avec à chaque fois un lien vers la publication Facebook du groupe Polly, Algo, Turcot & River's Edge qui contient plus de détails ainsi que des photos.

18 mai

Je reproduis ici le résumé de la surveillance vidéo du matin qui avait joué un rôle important dans la conclusion qu'une incubation était en cours. Pour plus de détails, voir cet article ainsi que cette publication Facebook.


En fin d'après-midi j'ai observé un autre relai (Polly qui remplace Algo au nid) vers 18h10. Détails.

21 mai

Relai observé à 7h31 par Marcel Perez au cours duquel Polly remplace Algo. Algo revient à 9h37 sans proie, se saisit d'une proie qui se trouvait apparemment à l'entrée du nid, s'envole puis revient quelques instants plus tard sans la proie. Détails.

23 mai

3 relais sont observés: un par le caméraman de The Gazette à une heure non précisée, puis 2 autres  par Christian Fritschi: à 15h25 Algo arrive avec une proie, Polly quitte le nid pour manger, remplacée par Algo; puis à 17h11 Polly remplace Algo au nid. Détails.

27 mai

Plusieurs relais sont observés par Robert Lussier et Christian Fritschi. Un à 9h12 (Polly remplace Algo) filmé par Robert Lussier; un autre vers 12h50 (Polly remplace Algo) filmé par TVA . Christian Fritschi rapporte que Polly était de nouveau à l'extérieur à 10h30 ce qui implique qu'il y a eu un autre relai entre 9h15 et 10h30. Compte rendu de Robert Lussier; de Christian Fritschi.

1er juin

Relai observé par Hubert Gendron vers 12h10: Polly remplace Algo au nid.  Détails.

6 juin 

J'observe Polly remplacer Algo au nid à 8h08. La surveillance vidéo montre qu'Algo était présent au nid depuis plus de 1 heure. Polly est ressortie à 10h21. Comme je ne surveillais pas attentivement le nid à ce moment-là je n'ai pas vu Algo arriver.  Détails.

À 14h49, Marcel Perez observe Algo remplacer Polly.  Polly n'était pas revenue lorsqu'il a quitté à 18h15. Entre temps un écureuil a été observé tentant d'escalader l'église. Détails (incluant des photos de l'écureuil).

L'écureuil a également été photographié par Ian Barrett. Celui-ci ne souhaite pas voir ses photos publiées sur Facebook mais m'a permis de les publier sur mon blogue.
Écureuil tentant d'accéder au niveau du nid de faucon pèlerin (crédit Ian Barrett)
Les différentes photos montrent que l'écureuil a exploré différentes approches pour accéder au niveau supérieur, apparemment sans succès au moins pour ce jour-là,

12 juin

J'observe Polly remplacer Algo à 7h34. Algo est resté presque 1 heure sur l'église  avant de quitter à 8h31. Il est revenu 22 minutes plus tard avec une proie qu'il a amené à l'entrée du nid. Comme Polly n'était visiblement pas intéressée, il est reparti avec.  Je n'ai plus rien vu jusqu'à mon départ à 12h44. Ce jour-là est le premier jour où il pourrait y avoir des naissances. Détails.

13 juin

Relai observé par Christian Fritschi à 13h37: Polly remplace Algo au nid. Détails.

15 juin

Cette observation couvre la période de 7h05 à 12h50 et elle n'a pas été rapportée à l'époque sur la page Facebook par manque de temps pour analyser les vidéos. À 7h20 un faucon est entré au nid et un autre en est sorti (malheureusement la vidéo qui montre cet échange s'est révélée être endommagée). Ce dernier faucon s'est avéré être Algo. Il est allé se poser sur le flanc droit de l'église, qu'il a quitté à 7h25. Algo est revenu à 10h31 sans proie. Polly est sortie, a passé presque 1 heure sur le flanc droit de l'église avant de quitter le secteur. La surveillance vidéo prouve qu'elle n'était toujours pas retournée au nid à 12h47.

19 juin

Cette observation couvre une période de 3 heures commençant à 7h27. À 9h35 Polly a remplacé Algo. La surveillance vidéo montre qu'Algo était présent au nid durant les 2 dernières heures mais il s'est offert 2 pauses: une à 9h02 où il est apparu à l'entrée du nid, l'autre à 9h16 où il a passé 1mn30 sur un des petits clochetons avant de regagner le nid. Détails.


22 juin

Christian Fritschi trouve Polly en train de manger vers 16h30. Elle s'envole vers 17h30. Détails.

24 juin

Marcel Perez était présent de 8h22 à 13h40. Son observation implique de la nourriture mais ce qui s'est réellement passé reste un mystère. Polly est arrivée à 9h32, a crié pendant 8 minutes avant d'entrer au nid. Algo n'a pas été vu sortant du nid mais il a été repéré à 9h40 sur une corniche de l'église. Il a quitté le secteur à 9h57. À 10h50 Algo est observé à l'entrée du nid apparemment en train de manger. Il entre au nid. Puis Polly en sort et s'envole avec une proie. Polly a été retrouvée un peu plus tard en train de manger sur l'église. Détails.

29 juin

Je remarque Polly sur le flanc Est de l'église à 11h40 qui s'envole vers 12h18 en direction de l'Échangeur Turcot. La vidéo semble montrer du mouvement qui pourrait suggérer que le 2ième faucon (donc Algo) était à l'intérieur. Détails.

1er juillet

À 9h48 Polly arrive et se pose sur un ornement (trèfle) situé un plus haut que l'entrée du nid. Elle vocalise puis disparait derrière une structure. Alors que les yeux étaient rivés sur cet endroit, un faucon s'est envolé, possiblement Algo qui est sorti du nid. Le compte rendu de Christian Fritschi contient une séquence de photos montrant la disparition de Polly. Robert Lussier était également présent.

4 juillet

À 10h26, alerté par des vocalises, Christian Fritschi trouve Algo à l'entrée du nid avec une proie dans le bec. Il transfère la proie à une des pattes et s'envole. Christian Fritschi était présent depuis 8h30.  Détails.

Informé de cette observation, Marcel Perez s'est rendu sur place de 17h35 à 20h40 en mettant l'accent sur la surveillance de l'entrée du nid et n'a rien vu. Détails. (Note: le soleil s'est couché ce jour-là à 20h46 et j'ai déjà vu des relais nettement après le coucher du soleil à l'église Saint-Marc).

5 juillet

Le 5 juillet était le dernier jour d'une semaine de canicule à Montréal. Cette canicule a-t-elle eu raison de la détermination d'Algo et de Polly? C'est pour tenter de répondre à cette question que j'ai décidé de refaire une autre surveillance vidéo ce matin-là. Cette surveillance vidéo s'étend de 6h33 à 8h53. Il n'y a eu aucun relai durant cette période mais en examinant les vidéos de retour chez moi j'ai découvert avec surprise qu'un faucon était présent à l'intérieur! Détails.

Christian Fritschi est arrivé vers 7h30. Entre temps j'avais pris connaissance via mon iPhone de la non-observation de la veille par Marcel Perez sans réaliser que l'observation avait été interrompue avant le coucher du soleil.  À 8h53 j'ai décidé que ça ne valait pas la peine qu'on soit 2 à perdre notre temps ici et j'ai quitté. À 10h30 Christian Fritschi entend des vocalises. Réagissant très rapidement il a pu prendre une photo d'un faucon en vol (probablement Algo) s'éloignant du nid puis une vidéo montrant Polly à l'entrée du nid, face à celui-ci, qui s'est envolée quelques instants plus tard. Le nid s'est donc retrouvé vide mais on ignore pendant combien de temps. Détails.

14 juillet

A ma grande surprise compte tenu de la difficulté à voir les faucons pèlerins ces derniers temps, un faucon pèlerin se tenait à l'entrée du nid de l'église River's Edge vers 17h30. Détails.


Plusieurs personnes ont également soumis des photos montrant un faucon pèlerin sur l'église sans qu'il y ait d'accès au nid durant la période d'observation: Dave Dialect le matin du 29 maiGuy Chagnon le 11 juin en soirée, Christian Fritschi le 17 juin, Thomas Merlin le 6 juillet. Par ailleurs quelques observations ont également été rapportés sur eBird, souvent sans aucun détail. N'hésitez pas à me contacter si vous avez fait des observations à cet endroit susceptibles d'avancer notre compréhension de ce qui s'est passé.


Informations diverses

Couverture médiatique

Le nouveau nid a fait l'objet d'une couverture médiatique sans précédent pour un couple de faucon pèlerin qui niche si bas:
La plupart des publications mentionnaient tout ou partie des liens externes suivants: le documentaire d'Alexandre Sheldon "Algo, Polly et Turcot", le site Flickr de Christian Fritschi, le blogue de Marcel Perez et mon blogue. Il aurait été malvenu que je ne les rappelle pas moi-même ici.

La couverture médiatique était dans l'ensemble excellente grâce en particulier au talent de communicateur de Christian Fritschi et à son excellente maitrise de l'anglais. Elle a probablement contribué à attirer un grand nombre de personnes sur place: "lots and lots of people looking up with binoculars and cameras" d'après un courriel reçu le 26 mai, mais l'effet s'est estompé au fil des jours quand les gens se sont aperçus qu'il n'y avait en réalité rien à voir! (les faucons pèlerins sont pratiquement invisibles lors de la période de nidification). Ma crainte était plutôt que l'un ou l'autre journaliste relance la machine médiatique une fois que les fauconneaux deviennent visibles, ce qui aurait probablement créé un engouement durable qui aurait atteint son paroxysme lors des premiers vols. Or justement durant cette période critique, les fauconneaux devraient se concentrer sur leur prochain vol plutôt que sur ces drôles de bêtes à 2 pattes qui les mitraillent de leur appareil-photo!

À ma connaissance, à l'exception d'un média, la couverture médiatique n'a pas été provoquée par les observateurs des faucons. The Gazette a été le premier média à s'intéresser au sujet suite à la publication par Alexandre Sheldon dans des groupes Facebook locaux de la nouvelle du déménagement des faucons. Les autres médias anglophones ont suivi. À ma connaissance, TVA a été le seul média qui a été directement sollicité.

L'année prochaine, si les faucons nichent de nouveau à l'église River's Edge, leur présence là-bas ne sera pas une nouveauté; on peut donc espérer qu'Algo, Polly et leurs fauconneaux bénéficieront d'un anonymat médiatique, du moins jusqu'à ce que les premiers vols soient passés. Cela devrait au moins éviter d'ajouter aux gens qui fréquentent habituellement le secteur, des curieux qui proviennent de l'ensemble de la région de Montréal.    

Accueil de la communauté

L'église River's Edge, directement concernée, a accueilli favorablement les faucons pèlerins sous leur toit, à en juger par cette phrase "We are privileged to provide shelter to Polly, Algo and their new nest at River’s Edge Community Church" qui accompagne le partage du vidéo de The Gazette sur leur page Facebook le 24 mai.

L'arrivée du couple de faucon pèlerin a également été bien accueillie par la mairesse de l'arrondissement, Sue Montgomery, qui écrivait en partageant une publication Facebook d'Alexandre Sheldon: "Mes amiEs, regardez ce que nous avons dans notre arrondissement. Même les oiseaux reconnaissent le meilleur arrondissement dans la ville!".

À l'initiative d'Alexandre Sheldon et de M Pierre-Emmanuel Pedneault, principal de l'école primaire "Étoile Filante", Marcel Perez et Christian Fritschi ont présenté Algo et Polly à une centaine d'élèves de cette école alternative située juste à côté de l'église River's Edge. Une initiative qui sera sans nul doute répétée l'année prochaine si les faucons choisissent de nicher à nouveau à cet endroit.

J'ai également appris que le toit de cette école abritait un enregistreur pour faire des "comparisons de Biophonie, Géophonie et Anthrophonie". De ce que j'ai compris, l'enregistreur vient avec un logiciel qui classifie automatiquement les différents sons de façon à faciliter leur identification. Ce projet a été initié avant la venue des faucons pèlerins et a notamment permis aux élèves d'identifier des espèces de chauve-souris fréquentant le secteur de l'école. Voici la page Facebook du projet. Merci à Karen Fisher Favret pour les informations.

Détérioration de l'état de santé de Polly

En août 2009,  moins de 2 mois après son premier vol, il est apparu que Polly était blessée à la patte droite. Malgré cette blessure qui n'a jamais totalement guéri Polly a non seulement survécu mais a trouvé un partenaire et a déjà mené à l'envol 5 fauconneaux (sa blessure peut être utilisée pour l'identifier puisque c'est sans doute le seul faucon pèlerin dans la région à voler en trainant la patte). Cependant Robert Lussier a remarqué que l'état de sa patte continue de se détériorer. Dans un des commentaires de la publication Facebook du 1er juillet, il écrit: "Je remarque qu'elle a perdu un partie de son 'pouce' sur la patte droite (qui était gangrené) et que l'un de ses autres doigts qui a le même problème devrait tombé bientôt. Et sur le seul doigt complet qui va lui rester, elle a déjà perdu sa griffe plus tôt ce printemps". Des photos prises par Robert Lussier et illustrant son propos sont également incluses dans les commentaires. Il sera intéressant de continuer à suivre l'évolution de son état. Cependant, sans minimiser le problème de santé de Polly et les difficultés qu'il peut entrainer dans sa vie de tous les jours, il est intéressant de noter qu'un faucon pèlerin a survécu plusieurs années dans le ciel de l'Ontario avec une infirmité pire: une patte au complet en moins! Il s'agit de Dundas, un mâle né à Hamilton en 2004. Voici un article daté de septembre 2006 et un autre de mai 2007.

 

Conclusions

Le fait que les 2 adultes étaient ensemble loin du nid pendant plus de 2 heures indique que la nidification a échoué. Que s'est-il passé? Et reviendront-ils l'année prochaine?

 

Que s'est-il passé?

Dans cet article j'avais estimé que les naissances devraient intervenir entre le 10 et le 21 juin. Le dernier relai observé a eu lieu le 24 juin (observation de Marcel Perez); après cette date on ne peut pas exclure que c'était le même faucon qui était à l'intérieur. Le fait que des relais ont eu lieu après la date prévue pour les éclosions semble éliminer la prédation des œufs comme cause de l'échec, par exemple par l'écureuil observé le 6 juin ou par un autre animal qui aurait suivi son exemple.

Se pourrait-il qu'il y a eu des naissances suivies de la mort des fauconneaux, de maladie ou de chaleur par exemple? C'est une possibilité qu'on ne peut pas totalement exclure et qui expliquerait qu'un adulte soit resté au nid aussi tard que le 5 juillet. Il y avait essentiellement 2 moyens de détecter des naissances à un stade précoce: observer des entrées de nourriture au nid et entendre les cris des fauconneaux (ou les cris caractéristiques des adultes lorsqu'ils nourrissent les fauconneaux).  À ma connaissance aucune entrée de nourriture au nid n'a été observée, mais des nourrissages ont pu avoir lieu en dehors des périodes d'observation. Quant aux cris, de l'endroit d'où j'observais, je ne pense pas que je les aurais entendus. Pour les personnes qui observaient de plus proche, les cris ont pu être couverts par les bruits du parc ou bien les observations ont été faites durant une période de silence. Bref, difficile d'exclure totalement la possibilité que des naissances ont eu lieu.

Il se pourrait aussi que les œufs n'ont tout simplement pas éclos et qu'un des adultes (ou les deux) s'est obstiné. Personnellement c'est ma théorie préférée, mais il s'agit juste de ça: une préférence.

On ne peut pas totalement exclure non plus la possibilité que l'endroit ait changé de vocation en cours de route. Mon impression - partagée par d'autres personnes - est qu'il devait faire très chaud au nid mais ne serait-il pas possible au contraire qu'il y faisait plus frais qu'à l'extérieur du à des courants d'air? Si c'est le cas, la présence d'un faucon à l'intérieur de l'église en pleine canicule le 5 juillet n'avait peut-être (plus) rien à voir avec la nidification.

Que se passera-t-il l'année prochaine?

Malgré l'échec de cette année, je considère qu'il y a de bonnes chances que le couple retentera sa chance à l'église River's Edge l'année prochaine. Premièrement nicher à l'Échangeur Turcot sera encore moins une option l'année prochaine que cette année compte tenu des démolitions à venir. Deuxièmement je ne serais pas étonné que les faucons "sentent" qu'en nichant à une date plus normale et en tenant compte de l'expérience accumulée cette saison ils peuvent réussir (si au contraire l'échec avait été du à de la prédation ou un dérangement excessif, les faucons seraient sans doute amenés à chercher un autre site). Après tout, même à l'Échangeur Turcot, le couple n'a pas connu la réussite dès ses premières tentatives.

Dans cette perspective il sera intéressant de voir au cours des prochaines semaines/mois si Algo et Polly continuent de visiter l'église River's Edge. Mon observation du 14 juillet d'un faucon à l'entrée du nid pourrait bien être la première d'une série et non la dernière.

mardi 10 juillet 2018

En mémoire de Gérard Robert

C'est avec une profonde tristesse que j'ai appris vendredi soir 6 juillet le décès de M. Robert, survenu plus tôt dans la journée après une courageuse bataille contre le cancer. M. Robert avait notamment apporté une contribution très appréciée au suivi de la nidification d'Éole et Eve à l'incinérateur des Carrières en 2016.  Cet article rappelle sa contribution.

Toutes les photos publiées dans cet article sont de lui; seule une petite partie d'entre elles sont présentées ici. Beaucoup de ses observations ont été faites avec sa compagne Marie-Claire Desormeaux à qui j'adresse mes sympathies.


2016 

J'ai rencontré Gérard Robert et Marie-Claire Desormeaux sur la piste cyclable des Carrières le matin du 13 mai 2016.  J'étais alors en train de surveiller les faucons pèlerins Éole et Eve qui tentaient de déloger un couple de corbeaux qui nichaient à quelques mètres de l'entrée de leur nid de 2014 à l'incinérateur des Carrières (en 2015 ce couple de faucon avait niché à l'église Saint-Marc).  Je ne suis pas d'abord facile mais ils avaient su m'aborder. Très vite, M. Robert a commencé à m'approvisionner en photos de haute qualité et en rapports d'observation.

Première photo reçue de M. Robert, 19 mai 2016 (crédit: Gérard Robert)

Le 26 mai mes observations suggèrent la présence d’œufs; puis le 27 juin j'observe des signes de naissance. Même si je me suis appuyé uniquement sur mes propres observations pour arriver à ces 2 conclusions, M. Robert continuait de m'envoyer régulièrement de précieuses informations durant cette période.

Le 8 juillet, M. Robert photographie Éole apportant une proie au nid sous le regard d'Eve:
Éole apporte une proie à Eve, 8 juillet 2016 (crédit: Gérard Robert)

Le lendemain, M. Robert documente un accident peu ordinaire: un faucon pèlerin adulte, alourdi par la proie qu'il transportait, ne parvient pas à atteindre l'altitude requise pour se poser au nid et chute. En perdant de l'altitude le faucon est sorti du champ de vision de M. Robert mais M. Robert l'a ensuite vu s'éloigner, avec la proie toujours dans ses serres. Je n'ai pas connaissance d'autre incident de ce genre à Montréal ou ailleurs.




Chute d'un faucon, 9/07/2016 (crédit Gérard Robert)


Le 14 juillet les 2 fauconneaux sont vus pour la première fois. Voici une photo d'un des fauconneaux que m'a envoyé M. Robert ce jour-là:
Un des fauconneaux, 14 juillet 2016 (crédit: Gérard Robert)
De nombreuses photos ou vidéos montrant les fauconneaux m'ont été envoyées par la suite.

Le 16 juillet je reçois un courriel de M. Robert également envoyé à l'arrondissement  Rosemont-La Petite Patrie ainsi qu'au maire de Montréal, Denis Coderre, faisant part de son inquiétude face à des rumeurs de travaux à venir à proximité du nid. Une démarche sans doute un peu précipitée mais qui montre qu'il avait pris à cœur la sécurité de cette famille de faucons. Des travaux de renforcement de la façade de l'incinérateur près du nid seront finalement exécutés en septembre. Le lendemain 17 juillet, aidé par Marie-Claire Desormeaux il faisait cesser un vol de drone à proximité du nid.   Cet article dans mon blogue couvre la période du 14 au 18 juillet et contient une photo prise de M. Robert montrant l'apparition des plumes de vol chez un des fauconneaux.

Aux alentours du 21 juillet, lui et Marie-Claire sont partis pour un voyage de 2 semaines en Inde. Le 28 juillet, un des fauconneaux tombe du nid et est transporté à la clinique des oiseaux de proie par Eve Belisle et Richard Dupuis; son séjour là-bas puis au centre de réhabilitation Chouette à Voir se prolongera jusqu'au 25 août.  Le 1er août il apparait que le second fauconneau a quitté le nid. Sa trace est perdue en milieu de journée du 2 août. Se passe alors un évènement plutôt surréaliste. Le matin du 3 août, M. Robert m'informe que leur avion atterrira à Dorval vers 16h30 et qu'ils considèrent rendre visite au fauconneau un peu plus tard. Je m'empresse de l'informer que nous ne savons plus où il se trouve afin d'éviter un déplacement inutile. Imaginez ma surprise lorsqu'à 17h45 je reçois le courriel suivant: "Salut. Il serait sur St Gregoire entre Fabre et Marquette. Côté sud dans ruelle"! Je m'empresse de me rendre sur place. J'y trouve effectivement le fauconneau ainsi que Gérard Robert et Marie-Claire Desormeaux qui arrivaient tout droit de l'aéroport... Se trouvait également avec eux Paryse Dugas qui les avaient cherchés à l'aéroport. C'est en fait cette dernière qui avait remarqué une photo d'un faucon sur la page Facebook d'un résidant du quartier le matin même et qui l'avait montré à M. Robert à l'aéroport, qui a immédiatement compris qu'il s'agissait du fauconneau que nous recherchions. L'ensemble de cette histoire est racontée dans cet article.

Les photos et les rapports d'observation ont recommencé à entrer. À partir de la mi-août, le fauconneau devient cependant moins visible à l'incinérateur des Carrières, ce qui amène M. Robert à surveiller d'autres endroits comme le 5800 Saint-Denis, l'église Saint-Michel-Archange et l'église Sainte-Madeleine d'Outremont.

Le matin du 25 août Gérard Robert et Marie-Claire Desormeaux me rejoignent derrière l'incinérateur des Carrières pour la relâche de 2 fauconneaux depuis le parc Wilfried Laurier. L'un d'eux était le fauconneau qui était tombé du nid le 28 juillet, l'autre (une femelle) avait été recueillie dans Notre-Dame-de-Grâce et soignée avec lui. Tel que prévu les 2 fauconneaux se dirigent vers l'incinérateur des Carrières. Un seul sera vu passant en trombe au-dessus de la piste cyclable. M. Robert a fait la remarque que le faucon semblait trainer quelque chose. Lorsque les vidéos de la relâche ont été publiées,  il est apparu en effet qu'un des fauconneaux s'était envolé avec du papier déchiqueté qui avait rendu son transport depuis le centre de réhabilitation de l'UQROP plus confortable.

Le 28 août je lui envoie un message après avoir observé un jeune se rendre au nid au criant, indice qu'il pourrait s'agir du fauconneau mâle relâché. Ils me rejoignent. Malheureusement ni mes photos ni celles de M. Robert ne montreront clairement une bague à la patte droite qui aurait permis de confirmer cette hypothèse. Voir cet article pour plus de détails.
Un des juvéniles, 28 août 2016 (crédit: Gérard Robert)


Faucon pèlerin juvénile à l'église Saint-Michel-Archange, 30 août 2018 (crédit: Gérard Robert)


2017

En 2017, Éole a choisi d'être fidèle à Spirit (la femelle faucon pèlerin qui régnait alors sur l'Université de Montréal) et il n'y a donc pas eu de nidification à l'incinérateur des Carrières. Au meilleur de nos connaissances Eve a concentré son énergie à attaquer Spirit, attaques qui ont connu deux points forts: la spectaculaire bataille dans le nichoir de l'université de Montréal du 26 avril et la bataille finale du 10 juin qui a forcé Spirit à fuir, sérieusement blessée.

Cependant le 3 avril, à ma grande surprise, M. Robert me rapporte avoir observé, photos à l'appui, un faucon pèlerin - vraisemblablement Eve - se rendre au nid de l'incinérateur des Carrières en vocalisant un peu avant 16h.
Adulte à l'entrée du nid de l'incinérateur, 3 avril 2017 (crédit Gérard Robert)

Faucon pèlerin en vol, incinérateur des Carrières, 3 avril 2017 (crédit Gérard Robert)
Cette observation restera largement isolée et est donc précieuse (à ma connaissance, la seule autre observation de faucon pèlerin à l'incinérateur durant le premier trimestre 2017 a été faite par Sandy le 20 mars; il y en avait alors 2 sur les cheminées). Pas très loin, ce même 3 avril en début d'après-midi Samuel Denault a observé un faucon pèlerin depuis le parc Laurier.

En début et en fin d'année M. Robert m'a également envoyé des photos d'Eve et d'Éole prises à l'église Saint-Jean-Baptiste.
Faucon pèlerin à l'église Saint-Jean-Baptiste, 28 janvier 2017 (crédit Gérard Robert)


Le 23 décembre, M. Robert me communique via Facebook une intéressante observation faite par Marie-Claire Desormeaux. À 12h05 celle-ci a observé 2 faucons se poser l'un après l'autre sur des fils électriques de la rue Saint-Grégoire, en face de l'incinérateur. Les photos, prises apparemment avec un cellulaire, ne permettent malheureusement pas d'identifier l'espèce hors de tout doute (les photos sont visibles dans les commentaires du lien Facebook donné plus haut). Le couple y est retourné de 13h à 14h30 mais les faucons avaient quitté les fils, seul un individu était encore visible, décrivant des cercles haut dans le ciel. Cette observation a été faite peu de temps après ma propre observation de 2 faucons pèlerins à l'église Saint-Jean-Baptiste de 10h20 à 11h40, avec un des faucons toujours présent à 11h48. Si le couple de faucon observé par Marie-Claire Desormeaux était bien des pèlerins, ce serait une observation inhabituelle dans la mesure où les faucons pèlerins se perchent rarement sur des fils. Il est intéressant de noter qu'une autre observation confirme la présence d'un couple de faucon pèlerin dans le secteur ce matin-là. Samuel Denault, un ornithologue réputé, rapporte sur eBird avoir observé 2 faucons pèlerins chassant des pigeons  sur Saint-Zotique entre Papineau et De Lorimier. L'heure indiquée de l'observation (10h40) est approximative; Samuel Denault m'a plutôt indiqué que l'observation avait été effectuée quelque part entre 10h30 et 11h45. Si cette fourchette est exacte, au moins un des faucons n'était pas l'un des faucons pèlerins vus à l'église Saint-Jean-Baptiste puisqu'il en restait un à 11h48.

2018

Le 4 février M. Robert a tenté en vain d'observer le faucon pèlerin que j'avais signalé sur ma page Facebook à l'hôpital Louis-H. Lafontaine.

Le 20 mars il m'envoie une série de photos montrant un épervier de Cooper avec un pigeon que l'épervier a amené dans un nid quelque part dans le Vieux-Rosemont (je n'ai malheureusement pas eu le temps de donner suite à cette observation).
Épervier de Cooper, 20 mars 2018 (crédit: Gérard Robert)

Finalement le 7 mai, dans un commentaire sur ses photos d'un cardinal à poitrine rose (publication restreinte à ses amis Facebook), il me signale qu'il n'a pas vu de faucon pèlerin lors de son passage à l'incinérateur. M. Robert ne m'informait pas systématiquement des tentatives d'observation infructueuses, il y a donc eu certainement bien plus de tentatives en 2018 que les 3 mentionnées dans cette section, bien qu'il est évident que la maladie ait limité ses observations.

Épilogue  

Sous prétexte que je puisse avoir accès à ses albums photos sur Facebook, nous étions devenus amis sur Facebook en août 2016. Mon fil d'actualité s'est ainsi enrichi de ses nombreuses et magnifiques photos de nombreux aspects de la vie de Montréal, que ce soit un renard sur le Mont-Royal, des couchers de soleil ou des édifices joliment décorés. J'ai également eu le plaisir de suivre un autre voyage en Inde au début de 2017. M. Robert partageait également, très dignement et très courageusement, les traitements qu'il subissait ainsi que la progression de sa maladie. Face à la souffrance qui transparaissait de certaines publications, les "bon courage" semblaient bien dérisoires. Ses publications comportaient également des aspects plus légers, comme la documentation photographique de la destruction de l'ancien hôpital Saint-Luc depuis les hauteurs de sa chambre d'hôpital ou la fameuse "saga de la banane".

Sa mort vendredi vers 10h a approximativement coïncidé avec ce qui semble avoir été une première expédition à l'extérieur de l'université de Montréal de la famille de faucon pèlerin qu'il avait suivi  (plus précisément, les 4 fauconneaux et les 2 adultes ont disparu pendant que j'étais allé voir le match France-Uruguay, soit entre 9h45 et 12h). Il est tout à fait envisageable que certaines de ces expéditions amènent dans les prochains jours les fauconneaux à des endroits fréquentés dans le passé par leurs parents, incluant l'incinérateur des Carrières et d'autres endroits surveillés par M. Robert.  Si cela arrive, cela risque d'être un moment émouvant pour moi puisque je ne doute pas que M. Robert aurait aimé les voir.

Mes pensées et mes sympathies vont d'abord à Marie-Claire Desormeaux ainsi qu'à Paryse Dugas que j'ai eu l'occasion de rencontrer, ainsi qu'au reste de la famille et aux ami(e)s de M. Robert. M. Robert m'aura apporté bien plus que des informations sur les faucons pèlerins. Merci énormément à lui.