Pages

lundi 14 janvier 2019

Un intrus dans le nichoir de faucon pèlerin de l'université de Montréal

Le 8 janvier un faucon pèlerin intrus a visité le nichoir de faucon pèlerin peu après le coucher du soleil. Il pourrait s'agir d'Algo, né dans ce même nichoir en 2009.

L'intrus (crédit: www.fauconsudem.com)
Un grand merci à Simon Duval, coordonnateur à l'Observatoire d’Oiseaux de McGill et bagueur des fauconneaux de l'Université de Montréal pour ses réponses à mes questions.

 

La visite

Cet après-midi-là je me suis connecté sur la page des caméras de Faucons de l'UdeM. Non pas dans l'espoir d'y voir un faucon puisque les propriétaires des lieux - les faucons pèlerins Éole et Eve - n'y passent que quelques minutes par jour ces temps-ci. Mais pour prendre connaissance des messages laissés sur le chat et ainsi avoir une idée de ce qui s'était passé durant la journée (j'en profite pour remercier toutes celles qui alimentent ce chat!). Je suis ensuite passé à autre chose et j'ai oublié cette page jusqu'à ce que je remarque un faucon pèlerin sur mon écran! Compte tenu de l'heure (16h46), ma première pensée a été que Youtube était probablement passé de la diffusion en direct à la diffusion d'une vieille vidéo. Puis que je regardais bien le direct mais avec un décalage de 1 ou 2 heures. Mais j'ai du me rendre à l'évidence: ce que je voyais était bien en train de se dérouler.

Comme je ne voyais pas de bague à la patte droite, j'ai pensé dans un premier temps qu'il s'agissait d'Eve, ce qui aurait déjà été une observation inhabituelle compte tenu de l'heure. Mais en regardant à nouveau la séquence il m'a semblé voir une bague à la patte gauche, ce qui impliquait qu'il s'agissait d'un intrus. J'ai alors laissé un message sur le chat invitant ceux qui le pouvaient à enregistrer la séquence et j'ai alerté Eve Belisle.  Celle-ci a publié une vidéo sur sa page Faucons de l'UdeM en indiquant que l'intrus était probablement Algo. Une vidéo a également été publiée par Teresa Buszko.


Qui est l'intrus(e) ?

Mâle ou femelle?

Teresa Buszko a identifié le faucon comme un mâle dans le titre de sa vidéo mais Eve Belisle m'a indiqué qu'elle ne pouvait pas totalement exclure qu'il s'agissait d'une femelle (bien que les femelles sont plus grandes que les mâles, il peut y avoir des variations de taille entre individus: petite femelle ou gros mâle par exemple).

Bague difficilement visible

Malheureusement la bague est difficilement visible mais même si elle l'avait été davantage on n'aurait pas été nécessairement plus avancé. D'après Simon Duval tous les oiseaux bagués au Canada portent la même bague en aluminium avec un numéro à 9 chiffres du SCF (Service Canadien de la Faune), plus optionnellement une 2ième bague. De plus d'après ce site le programme de baguage Canadien est étroitement coordonné avec le programme Américain, avec utilisation des mêmes bagues mais portant des numéros différents. Voici toutefois un montage de ralentis où la bague de l'intrus est davantage visible.


Toujours d'après Simon Duval, de nombreuses personnes ou organismes auraient pu baguer ce faucon: UQROP, Services Environnementaux Faucon (SEF), le ministère de la faune, les chercheurs qui étudient les faucons pèlerins dans le Grand Nord, les stations de baguage sur les routes migratoires aux USA ou dans les provinces voisines, ...

En ce qui me concerne, voici les faucons pèlerins dont j'ai connaissance et qui ont été bagués à la patte gauche uniquement:
  • Algo, bagué peu avant son envol du nichoir de l'Université de Montréal en 2009 et qui fréquente actuellement l'Échangeur Turcot.
  • Marie, jeune femelle soignée par l'UQROP et relâchée à l'Université de Montréal en juillet 2015 où elle a été adoptée par Spirit, Arthurin et leurs 3 filles. Détails.
  • Anna, jeune femelle trouvée à Westmount, soignée par l'UQROP puis relâchée près de l'Incinérateur des Carrières en août 2016 en vue d'être adoptée par Éole et Eve. Détails.
(Samantha, née à l'Échangeur Turcot en 2014 et baguée par SEF porte une bague aux 2 pattes; les fauconneaux nés à la Tour de la Bourse ont été bagués aux 2 pattes sauf la première année d'après Simon Duval; les mâles soignés par l'UQROP ont été bagués à la patte droite: ceci concerne un fauconneau de l'église St-Marc en 2015, Achille né en 2015 à l'Échangeur Turcot  et un fauconneau tombé du nid à l'Incinérateur des Carrières en 2016).

Puisque les femelles ont tendance à se disperser plus loin de leur lieu de naissance que les mâles, il est peu probable que l'intrus était Marie ou Anna (quoique des exceptions existent, comme par exemple Polly).

L'hypothèse Algo

Algo est le suspect parfait pour plusieurs raisons:
S'il est probable que l'intrus était Algo, l'hypothèse de la visite d'un nouveau faucon ne peut cependant pas être totalement écartée.

Algo le 1er décembre 2018 au complexe Dompark





 


dimanche 30 décembre 2018

Derniers dodos à l'Échangeur Turcot pour les faucons pèlerins?

2 faucons pèlerins se cachent pour dormir dans une structure de l'ancien échangeur Turcot qui sera détruite à compter de janvier.

Démantèlement imminent de l'ancien échangeur Turcot au-dessus du canal Lachine

En bref, les travaux visant à démanteler les structures de l'ancien échangeur au-dessus du canal Lachine et de la rue Saint-Patrick commenceront dans la semaine du 7 janvier 2019 et devraient s'achever en février.

Le 1er décembre lors d'une visite dans le secteur, mon attention a été attirée par une affiche à l'entrée d'un immeuble avisant que les opérations de démantèlement de l'autoroute A15 Sud débuteront le 10 décembre et se poursuivront jusqu'au printemps 2019. D'après l'affiche la zone de travaux se trouve au sud de la rue Saint-Patrick. Il semblait alors que cette phase de travaux ne concernait pas les faucons pèlerins.

Affiche photographiée le 1er décembre

Cependant dans le document publié par le Ministère des Transports à l'occasion de la réunion du Comité de Bon Voisinage du Sud-Ouest du 5 décembre, la section à démanteler d'ici au printemps 2019 inclut clairement la section au-dessus du canal Lachine (page 9 du document). Cette section constitue en fait la limite nord de la zone de travaux. Puis lors d'une nouvelle visite le 15 décembre, j'ai constaté que des travaux de terrassement avaient débuté au pied du pilier sud du canal, un possible indice d'un démantèlement prochain.

Des travaux de terrassement ont eu lieu près du pilier sud du canal  (photo prise le 27 décembre)

J'ai alors communiqué avec le ministère des Transports. Dans un courriel daté du 18 décembre, Madame Juneau m'a indiqué qu'en l'état actuel de la planification les travaux de démantèlement dans le secteur du canal Lachine seront entrepris dès la mi-janvier.

La mi-janvier, c'est une semaine après la date de reprise des travaux après la pause des fêtes. On pouvait spéculer que la semaine du 7 au 13 janvier serait utilisée pour des travaux préparatoires au démantèlement proprement dit. Et de fait, le chemin de la Côte-Saint-Paul sera fermé à toute circulation en-dessous de l'échangeur dès le 7 janvier, comme l'indique cette affiche photographiée au Centre Gadbois le 27 décembre.
Fermeture d'une section du chemin de la Côte-Saint-Paul à compter du 7 janvier


Un dortoir pour faucons pèlerins

Cela faisait un certain temps que j'avais remarqué que les faucons pèlerins rejoignaient au coucher du soleil des travées entre 2 piliers, vraisemblablement pour y dormir.  Le moment était venu de tenter de documenter ce comportement, d'abord puisque cela fait partie de l'histoire de ces faucons et que dans quelques semaines ce sera chose du passé, et ensuite puisque ces informations pourront possiblement être utilisées pour réduire les risques pour les faucons pèlerins au moment du démantèlement.

Mes observations suggèrent que les faucons pèlerins passent la nuit sur des travées. Ces travées ont comme point commun d'être proches de l'extrémité ouest de l'autoroute.

Travées au dessus de la rue Saint-Patrick

J'ai surveillé plus particulièrement les travées qui surplombent la voie ouest-est de la rue Saint-Patrick. Durant les 5 fins d'après-midi où j'ai effectué une surveillance vidéo un faucon pèlerin a rejoint une travée dans ce secteur 4 jours sur 5. Le 29 décembre ce sont même les 2 faucons pèlerins qui ont rejoint 2 travées voisines à environ 25 minutes d'intervalle (les 2 faucons pèlerins qui fréquentent cet endroit sont connus sous les noms d'Algo et de Polly). Les travées utilisées par les faucons pèlerins se trouvent près de l'extrémité ouest de l'autoroute, la photo suivante et la vidéo indiquent plus précisément l'endroit.

Localisation des travées utilisées par les faucons pèlerins

Enregistrement vidéo des arrivées des faucons pèlerins sur les travées

La photo et les vidéos ont été prises depuis l'entrée sud du pont piétonnier et cycliste qui enjambe le canal Lachine.

Le tableau ci-dessous et les notes qui suivent donnent plus de précision sur mes observations.
Date Surveillance vidéo Coucher du soleil Arrivée d'un faucon Notes
19 décembre 15h56 - 16h40 16h11 16h17 1
20 décembre 15h56 - 16h26 16h12 - 2
25 décembre 16h09 - 16h45 16h15 16h12 3
26 décembre 16h00 - 16h24 16h15 16h24 4
29 décembre 16h07 - 16h41 16h19 16h15, 16h41 5

Notes:
  1.  19 décembre: à 16h07 j'ai repéré un faucon sur un poteau en face de Muzo. 3 minutes plus tard le 2ième faucon me survole et rejoint un pilier au nord de Cote-Saint-Paul. C'est le faucon du poteau qui a rejoint la travée à 16h17.
  2. 20 décembre: à 15h59  un faucon est passé en vol et a disparu au nord de Côte-Saint-Paul. À 16h23 un faucon venant de cette direction a rejoint une travée au-dessus du canal (autrement dit, une travée dans un secteur différent que celui surveillé par la vidéo).
  3. 25 décembre: à 16h03 j'ai aperçu un faucon volant dans le sens nord-sud. J'ai revu un faucon en vol à 16h09 qui a visité plusieurs endroits au nord de Côte-Saint-Paul avant de traverser le canal, s'éloigner un peu dans la direction de la rue de l'Église puis revenir et se percher sur la travée. 
  4. 26 décembre: après avoir dévoré un pigeon sur un toit du complexe Dompark, Polly a déposé les restants sur l'extrémité ouest du pilier sud du canal puis est allée se percher sur un poteau en face de Muzo. Un peu avant 16h24 elle s'est envolée, a traversé le canal, longé le flanc Est du complexe Dompark, traversé la rue de l'Église pour finalement revenir vers l'Échangeur et rejoindre la travée tel que montré par la vidéo. 
  5. 29 décembre: arrivée sur une travée d'un faucon à 16h15 puis d'un 2ième sur une travée voisine à 16h41. La surveillance vidéo ne montre aucun départ du premier faucon. Il s'agit donc de 2 faucons distincts.

Travées au dessus du canal

Tel qu'indiqué dans la section précédente, un faucon a rejoint une travée au-dessus du canal Lachine au coucher du soleil le 20 décembre. C'était ma première observation à cet endroit-là à ce moment de la journée et il s'agit d'une observation accidentelle (je regardais dans la bonne direction au bon moment). Il n'est donc pas impossible que d'autres travées soient utilisées. Les faucons pourraient aussi réagir au démantèlement de travées en utilisant des travées voisines, qui seront peut-être elles-mêmes à démanteler au cours de cette phase du chantier.

Implications pour les démantèlements et la sécurité des faucons

Il est difficile d'imaginer que les faucons rejoindront leur endroit habituel alors que des travaux qui entrainent vibrations et bruits ont cours à proximité. Cependant ces faucons ont montré dans le passé une bonne tolérance aux dérangements causés par les travaux d'entretien de l'ancien échangeur (cette tolérance a été documentée pendant plusieurs années par les biologistes de Services Environnementaux Faucon). Les faucons pourraient notamment profiter d'une pause dans les travaux pour rejoindre leurs travées. Pour réduire les risques d'accident les mesures suivantes pourraient être considérées:
  • Si possible, procéder à la destruction des extrémités ouest de l'autoroute en début ou en milieu de journée.
  • Avant de commencer ou de recommencer à travailler dans les secteurs utilisés par les faucons pèlerins, provoquer la fuite d'un éventuel faucon présent sur les travées par des coups qui n'entraineront pas de chutes de matériaux, tout en lui ménageant une porte de sortie.

Autres impacts 

Les faucons pèlerins utilisaient également durant la journée les structures qui seront détruites. Les observations limitées que j'ai pu faire le jour récemment - ainsi que les observations d'autres personnes (notamment Marcel Perez et Christian Fritschi) rapportées dans le groupe Facebook  Polly, Algo, Turcot & Turcot suggèrent que les faucons utilisent moins ces structures dernièrement. Ces endroits sont:
  • Les corniches sur le pilier sud du canal, versant nord: ces corniches ont servi de nid pendant plusieurs années mais ont été rendus inaccessibles il y a 2 ans déjà.  À moins que les faucons éprouvent de la nostalgie, la disparition de ces corniches affecteront sans doute davantage les observateurs...
  • Dans le même ordre d'idées, une partie de la travée au-dessus de la rue Saint-Patrick qui avait servi de nid en 2017
  • Les travées au-dessus de la rue Saint-Patrick. Bien que ces travées semblent servir de dortoir, un faucon y va parfois le jour (observation le 9 novembre 2018 à 15h).
  • Les corniches sur le pilier nord du canal, versant sud. Malgré des mesures visant à dissuader les faucons d'utiliser ces endroits, les faucons ont continué de les utiliser pour manger, et pour stocker de la nourriture. Ma dernière observation à cet endroit remonte au 25 octobre.
  • Ce que j'appelle la canalisation de la rue Saint-Patrick" (une canalisation du pilier qui se trouve entre les 2 voies de la rue Saint-Patrick). Pendant longtemps, c'était l'un des premiers endroits à examiner pour trouver les faucons mais cela fait un certain temps qu'ils n'y ont pas été observés.
  • L'extrémité ouest du pilier sud du canal. Cet endroit a été utilisé le 26 décembre par Polly pour y déposer les restants du pigeon qu'elle avait mangé sur un toit du complexe Dompark. Le lendemain vers midi je l'ai retrouvée à cet endroit en train de manger. Elle a par la suite utilisé ce perchoir comme point de départ vers des destinations inconnues (vers Ville-Émard et vers le pont Monk).
  • L'extrémité ouest du pilier nord du canal.
  • L'extrémité ouest du pilier immédiatement au sud du pilier sud du canal.
Les démantèlements à venir n'entraineront pas forcément le départ des faucons pèlerins du secteur puisqu'ils disposeront toujours du complexe Dompark où ils étaient très présents ces derniers temps, et pendant une durée limitée (pendant combien de temps?), des piliers au nord de Côte-Saint-Paul. Une chose est certaine, les travaux des 2 prochains mois vont changer radicalement leur environnement. Décideront-ils de déménager ou resteront-ils? Et s'ils restent, où dormiront-ils? De façon générale comment réagiront-ils aux travaux? Par ailleurs on est à quelques jours de l'observation du 4 janvier 2018 sur la tour Girouard, le secteur où les faucons avaient déménagé et tenter de nicher ce printemps. Les reverra-t-on là-bas? Beaucoup de choses à suivre ces prochaines semaines...   


samedi 24 novembre 2018

Un faucon pèlerin et une buse à queue rousse à l'église Saint-Jean Baptiste

Depuis quelques années l'église Saint-Jean Baptiste, située sur la rue Rachel près de la rue Saint-Denis à Montréal, est connue pour abriter un faucon pèlerin, parfois 2, durant la saison hivernale. Mais dernièrement l'église Saint-Jean-Baptiste a attiré l'attention d'un autre oiseau de proie, une buse à queue rousse. Il semblerait que cette présence dérange Éole, le faucon pèlerin, depuis plusieurs jours déjà.

Préambule

Ces derniers temps je visitais régulièrement l'église Saint-Jean Baptiste en fin d'après-midi pour tenter de déterminer si le faucon pèlerin qui avait l'habitude d'y passer la nuit l'hiver avait déjà commencé à y dormir (ce faucon pèlerin est très vraisemblablement Eve, la femelle qui niche à l'Université de Montréal). Ce jeudi 22 novembre j'étais arrivé un peu plus tôt, ce qui m'a permis de discuter avec la brigadière scolaire. Elle m'a indiqué avoir entendu régulièrement ces derniers jours le cri du faucon pèlerin à l'heure du lunch mais qu'elle n'avait jamais réussi à le voir malgré ses efforts. Étrange puisque si un faucon pèlerin se fait entendre, cela signifie généralement qu'il n'est pas seul et donc elle aurait du en voir au moins un.

23 novembre: un faucon pèlerin qui alarme et une buse à queue rousse curieuse

Un faucon pèlerin bien caché en train de manger

Lorsque je suis arrivé vers 12h55 j'ai remarqué quelques petites plumes qui tombaient de l'église. Un coup de vent aurait pu en être la cause  mais lorsque j'ai vu un autre ensemble de plumes tomber j'ai tout de suite compris qu'un oiseau de proie était à l’œuvre. De son côté la brigadière m'a indiqué avoir entendu de nouveau quelque chose un peu plus tôt. J'ai fini par trouver un faucon pèlerin sous le toit de la façade avant, complètement à droite. Il était la plupart du temps impossible à voir depuis la rue Rachel, il fallait descendre la rue Henri-Julien pour avoir suffisamment de recul.


Éole

À 13h16 il s'est envolé avec le reste de sa proie (vraisemblablement un pigeon compte tenu de la taille), a disparu pendant quelques secondes au-dessus de l'église puis est réapparu sans la proie. Cela s'est passé tellement rapidement que je soupçonne qu'il a tout simplement largué les restes au-dessus de l'église. Il a ensuite rejoint un rebord de corniche sur le flanc Est. C'était Éole:


Cris d'alarme

Éole s'est envolé vers la rue St-Denis à 13h27 et a commencé à alarmer. Cela n'a pas duré longtemps. Il est revenu vers l'église puis a de nouveau disparu. J'ai  fini par le retrouver perché sur une croix sur le flanc Est de l'église, non loin de la cheminée. Il a quitté à 13h50 en direction approximativement de l'église Saint-Michel-Archange (je suis passé à cette église un peu plus tard mais je n'ai rien vu).

Entrée en scène de la buse à queue rousse

5 minutes après le départ d'Éole une buse à queue rousse s'est mise à planer longuement au-dessus de l'église à une altitude relativement basse.


Elle est restée dans le secteur pendant 6 minutes avant de s'éloigner vers le Mont-Royal. J'ai quitté à ce moment-là.

Je n'avais vu qu'un seul faucon pèlerin mais je l'ai entendu crier. Se pourrait-il que la brigadière scolaire ait assisté au même scénario ces derniers jours? (malheureusement elle avait déjà quitté quand le faucon a alarmé)


24 novembre: aucun faucon pèlerin mais 3 passages de la buse à queue rousse

J'y suis retourné le lendemain à partir de 11h45. La première chose que j'ai remarqué, ce sont les restants de 2 pigeons sur la neige devant l'église. Un peu étonnant dans la mesure où Éole semblait avoir pris soin la veille de larguer les restants de son pigeon sur le toit de l'église, donc derrière la façade avant. J'ai mis les restants de pigeon à la poubelle.

La buse à queue rousse a fait une première apparition juste avant midi. Et cette fois elle s'est perchée sur une des croix. Malheureusement pour elle, les cloches ont sonné midi à ce moment-là, provoquant la fuite de la buse (voir la vidéo ci-dessous).

Son 2ième passage a eu lieu environ 15 minutes plus tard, à 12h16. C'est à ce moment que j'ai pris cette photo:

Finalement elle (ou une autre) a effectué un dernier passage à 12h47. J'ai quitté à 13h28.


Voici un montage de ses 3 passages (la photo correspond au second passage; les extraits vidéo aux premier et troisième passages):

À noter que la caméra de Faucons de l'UdeM a enregistré une visite d'Éole au nichoir vers 13h15.

Conclusion

Il ressort de ces 2 observations qu'une buse à queue rousse semble s'intéresser à l'église Saint-Jean-Baptiste, qui est un morceau important du territoire des faucons pèlerins de l'Université de Montréal. Au moins un faucon pèlerin continue de fréquenter cette église. Il sera intéressant de voir ces prochains jours comment cette situation évoluera.







dimanche 11 novembre 2018

Activités récentes autour du nichoir de faucon pèlerin de l'Université de Montréal

Cet article a été publié le 19 décembre 2018.
 
Visite d'une femelle faucon pèlerin intruse dans le nichoir de l'Université de Montréal, faucon pèlerin surpris à une fenêtre de l'hôpital Sainte-Justine et nettoyage du nichoir. Voici 3 événements qui se sont déroulés entre le 30 octobre et le 8 novembre près du nichoir de faucon pèlerin de l'Université de Montréal.

30 octobre: visite de Polly au nichoir 

À 15h09 ce jour-là un faucon pèlerin bagué à la patte droite visite le nichoir. À priori rien d'inhabituel: Éole, le mâle, vient régulièrement inspecter le nichoir et il est bagué à la patte droite.

Polly dans le nichoir (crédit: www.fauconsudem.com)
Sur le chat de la caméra quelqu'un intervient alors dans une langue étrangère (qui s'est avéré être du Polonais). On parvient à comprendre les mots "intrus" et "pas Éole". Je m'empresse de consulter les archives (j'avais raté de peu la visite live) mais le faucon ne montre que sa patte droite baguée. En cliquant sur le profil de l'intervenante (Teresa Buskzo), je découvre une vidéo qu'elle vient juste de publier. Et là on voit clairement que le faucon n'est pas bagué à la patte gauche. C'est donc bien vrai que le faucon n'est pas Éole (qui est bagué également à la patte gauche), et ce n'est pas non plus Eve (la femelle) puisque celle-ci n'est pas baguée...

Une discussion s'engage sur le chat avec Teresa Buskzo grâce aux outils de traduction. Elle nous fait remarquer un autre détail: l'intrus a perdu ses griffes à la patte droite. Je réalise alors qu'il s'agit de Polly!

Polly (noter la patte droite dépourvue de griffes) (crédit: www.fauconsudem.com)

Polly est la femelle qui nichait à l'Échangeur Turcot. Compte tenu des travaux de destruction de l'échangeur, elle et son compagnon (Algo) avaient déménagé ce printemps à l'église River's Edge (ce déménagement avait d'ailleurs été rapporté par les principales chaines de nouvelles, voir les références dans le lien suivant). Suite à l'échec de leur tentative de nidification le couple était revenu à l'Échangeur Turcot  où il est régulièrement  observé depuis (pour des nouvelles fraiches de ce couple, consultez le groupe Facebook Polly, Algo, Turcot et River's Edge).  Polly avait déjà visité au moins une fois le nichoir de l'université de Montréal: le 29 octobre 2013. Elle était alors accompagnée d'Algo. Il faut dire que Algo et Polly connaissent bien cet endroit puisqu'ils y sont tous les 2 nés en 2009! C'est peu après son premier vol que Polly s'est blessée à la patte droite. L'état de sa patte est suivi de près par plusieurs photographes et il avait été constaté qu'elle avait fini par perdre ses griffes.

Sa visite au nichoir de l'Université de Montréal ce 30 octobre 2018 a duré 25 minutes, de  15h09 à 15h34. 2 faucons pèlerins ont été signalés sur eBird ce même jour quelque part entre midi et 13h30, probablement Eve et Eole. Un examen des archives photos des caméras de Faucons de l'UdeM montre qu'il faut remonter au 26 octobre pour la dernière visite d'un faucon pèlerin dans le nichoir: il s'agissait alors d'Eve. Aucune visite n'a eu lieu le 31 octobre; en revanche le 1er novembre Eole et Eve se sont rencontrés dans le nichoir. Quant à Polly, elle a été revue à l'Échangeur Turcot par Marcel Perez le 8 novembre et par moi le lendemain.


2 novembre: un faucon pèlerin à une fenêtre de Sainte-Justine

Le 2 novembre Géraldine Mathonnet a eu la surprise de découvrir un faucon pèlerin à la fenêtre d'une cage d'escalier au 7ième étage de l'hôpital Sainte-Justine.

Crédit: Géraldine Mathonnet

Crédit: Géraldine Mathonnet

Mme Mathonnet a partagé son observation sur la page Facebook de Faucons de l'UdeM le 6 novembre. Après avoir partagé sa publication sur ma propre page Facebook le 8 novembre, je l'ai contactée pour obtenir plus d'informations. Mme Mathonnet a gentiment accepté de répondre à mes questions et m'a envoyé les autres photos qu'elle avait pu prendre (un grand merci à elle). De ces informations il ressort que
  • L'observation a été faite vers 16h30 et a été suivie très rapidement de l'envol du faucon.
  • La fenêtre où était le faucon se trouve sur une façade de l'hôpital qui donne sur l'avenue Ellendale, à peu près à la hauteur de l'avenue McShane (en particulier il s'agit d'une façade qui ne donne pas vers l'Université de Montréal)
  • Aucune photo ne permet de voir les pattes.
À ma connaissance c'est la première fois qu'un faucon pèlerin est observé sur l'hôpital Sainte-Justine même si compte tenu de la courte distance avec l'université de Montréal ce n'est pas une énorme surprise d'en voir un là (n'hésitez pas à me contacter si vous aviez déjà observé un faucon pèlerin à cet endroit dans le passé).  Quant à l'identité du faucon pèlerin (manifestement un adulte), il pourrait s'agir d'Eve (la femelle qui niche à l'Université de Montréal), d'Éole (le mâle) ou d'un 3ième faucon. J'ai déjà eu l'occasion de voir Eve à une fenêtre, c'était au 5800 rue Saint-Denis alors qu'elle était en compagnie d'un fauconneau. Quant à Éole, c'est un de mes suspects dans la fameuse affaire du faucon pervers qui s'est déroulée à une des résidences de l'Université de Montréal.

 

8 novembre: nettoyage du nichoir

Le nettoyage du nichoir et de la caméra a été effectué le 8 novembre aux alentours de 11h. Voici l'annonce faite par Faucons de l'UdeM.

Nettoyage du nichoir (crédit: www.fauconsudem.com)

Les faucons pèlerins ne se sont pas manifestés pendant l'opération d'après Eve Belisle. En revanche ils étaient très présents un peu plus tôt: de 7h37 à 8h06 puis de 9h à 9h21 les 2 caméras montraient quasiment en permanence 2 faucons pèlerins distincts, un sur un plot blanc en-dessous du niveau du nichoir et l'autre au coin des façades "Cimetière" et "Polytechnique" de la tour, un niveau au-dessus du nichoir (de 8h06 à 9h, un seul faucon pèlerin restait visible). Puis de 9h23 à 9h27 un des faucons pèlerins a visité le nichoir.

Un des faucons était de retour peu de temps après le nettoyage du nichoir: à 11h06 des hommes se trouvaient encore près du nichoir comme le montre la photo plus haut; à 11h29 la caméra montre un faucon au coin des façades "Cimetière" et "Polytechnique" de la tour. Le faucon est caché par une arête de la tour par moments mais il semble être présent jusqu'à 13h07 à cet endroit. 3 minutes plus tard, un faucon (sans doute le même) se perche sur le bras de la caméra où il restera jusqu'à 13h17. Moins de 1 minute plus tard la 2ième caméra montre Éole inspectant le nichoir (voir aussi cette vidéo). Le faucon disparait des caméras à 15h01, juste après une autre visite au nichoir. Lorsque je suis arrivé à 15h, un faucon était perché sur la tour. Il a disparu une vingtaine de minutes plus tard.







jeudi 2 août 2018

Toujours 2 faucons pèlerins juvéniles, possiblement 3, au Pont Champlain

Alors que les 2 faucons pèlerins juvéniles mâles nés à l'Université de Montréal semblent avoir (peut-être momentanément) quitté le secteur, 2 faucons pèlerins juvéniles étaient toujours présents au Pont Champlain le 31 juillet et un survol par 3 faucons pèlerins qui se chamaillaient permet d'envisager qu'ils étaient 3. Mes observations de juillet dans le secteur du Pont Champlain m'ont également permis de documenter l'utilisation du nouveau pont (séparément) par un juvénile et par un adulte. Les 4 fauconneaux nés au nichoir du Pont Champlain cette année ont vraisemblablement effectué leur premier vol début juillet.


2 faucons pèlerins juvéniles le 31 juillet

2 fauconneaux étaient visibles à plusieurs reprises simultanément en fin d'après-midi ce jour-là. Sur cette photo prise à 18h58 on en voit 2 au sommet d'un pylône électrique à l'Est du pont (ce pylône est facile à reconnaitre puisqu'il est accompagné d'un autre pylône semblable à quelques dizaines de mètres).

2 faucons pèlerins juvéniles sur un pylône électrique

Et voici une courte vidéo:

 

Possibilité de 3 juvéniles le 30 juillet

Le 30 juillet peu après 18h je me trouvais sur la piste cyclable un peu à l'Est du pont quand 2 faucons ont surgi venant de la Voie Maritime. Les faucons ne volaient pas beaucoup plus haut que la cime des arbres et on entendait des cris de juvéniles. Un des faucons a tenté d'accrocher l'autre. Puis un 3ième faucon est apparu qui transportait quelque chose dans son bec. Il a été pris à parti par un des 2 premiers faucons. Le tout s'est passé très vite et suggérait une interaction de 3 fauconneaux mais je ne peux pas exclure totalement la possibilité que le trio incluait un adulte.


Utilisation du nouveau pont par les faucons pèlerins

Repas d'un juvénile sur une chevêtre du nouveau pont (11 juillet)

À 19h06 un juvénile est venu se percher sur le garde-fou temporaire de la première chevêtre vers le sud à partir de la piste cyclable de la Voie Maritime. Un plan large dans la vidéo ci-dessous (à 6mn46 environ) permet de mieux situer l'endroit. Il est rapidement apparu qu'il avait une proie, qu'il a commencé à manger.


Après avoir fini  son repas le fauconneau s'est déplacé sur le garde-fou. Il s'est envolé à 20h24 en direction de l'Ile des Sœurs.

 

Adulte sur le pilier principal du nouveau pont (30 juillet)

Vers 18h46 j'ai remarqué un faucon pèlerin adulte sur une sortie de câble (le câble n'est pas encore installé) du pilier principal du nouveau pont.

Après une minute le faucon s'est envolé.


Autres observations

  • Le 30 juillet j'ai été accueilli par un faucon pèlerin juvénile perché sur un lampadaire de l'estacade non loin de la voie maritime.

    Il criait beaucoup. Histoire de ne pas ajouter à son éventuel stress je ne me suis pas attardé. Il s'est apparemment envolé peu après mon passage sous lui.
  • À plusieurs reprises j'ai vu un juvénile chasser au-dessus de la portion de la piste cyclable située à l'Est du pont. Le juvénile a visiblement compris qu'il doit se taire à ce moment-là. En revanche, quand il rentrait d'une chasse infructueuse, c'était autre chose! Les juvéniles chassaient aussi au-dessus de l'eau au sud de la voie maritime.
  • On pouvait craindre que les travaux en hauteur sur le pilier principal du nouveau pont dissuadent les faucons pèlerins de se percher sur des pointes du pont actuel près de la piste cyclable. Il n'en est rien: j'ai pu observer à de nombreuses reprises un juvénile sur une de ces pointes, et même un adulte. 
    Juvénile sur une "pointe" du pont actuel, 30 juillet
  • De 13h45 à 17h30 le 31 juillet je n'ai observé aucun faucon pèlerin, une indication qu'ils fréquentent un autre secteur à certains moments de la journée. J'ai pu observer au cours de mes 4 après-midi d'observation plusieurs déplacements en direction ou en provenance de l'Ile des Sœurs, ce qui suggère que comme il y a quelques années les faucons pourraient fréquenter la partie du pont située entre l'Ile des Sœurs et la Voie Maritime.


Liens connexes






mardi 31 juillet 2018

Éole et Eve pourraient-ils aller nicher à l'Oratoire Saint-Joseph en 2019?

Cet article a été publié le 12 août 2018.

Suite aux récentes visites par Éole et Eve de 2 nids de corbeau à l'Oratoire Saint-Joseph, il est naturel de se demander si le couple ne pourrait pas utiliser ces nids pour nicher en 2019.

Eve dans un des 2 nids de corbeau - 24 juillet 2018

Commençons par préciser que les faucons pèlerins choisissent l'emplacement de leur nid en mars-avril et non en été: Éole et Eve illustrent d'ailleurs très bien cela avec leur déménagement in extremis à l'église Saint-Marc en 2015. De plus il est généralement admis que les faucons pèlerins réutilisent leur nid d'une année à l'autre lorsque les nidifications sont couronnées de succès, ce qui donne un avantage au nichoir de l'Université de Montréal pour 2019. Ceci étant dit, voici pêle-mêle quelques raisons de penser qu'il pourrait y avoir un certain suspens en 2019.

  • Il est connu que les nids de corbeau peuvent être utilisés par les faucons pèlerins. 
  • Le nid de corbeau visité par Spirit en 2014 a été retiré à l'automne de la même année par les gens de l'Oratoire sans doute en raison des risques liées à la chute de branches sur les visiteurs. Il n'y a donc pas eu de suspens en 2015 (quoiqu'il aurait été très étonnant que Spirit abandonne l'université de Montréal après tant d'années de succès à cet endroit).  Les nids visités par Eve et Éole sont situés sur une autre façade où ils ne posent aucun risque pour les visiteurs. Ces nids ne datent d'ailleurs pas de cette année. 
  • Éole et Eve ont niché en 2015 dans un dessous de toit d'une église (l'église Saint-Marc) qui présente plusieurs similitudes avec le dessous de toit de l'Oratoire où se trouvent les nids de corbeau. De plus Eve dort durant l'hiver dans une autre église (l'église Saint-Jean-Baptiste). L'Oratoire Saint-Joseph n'est donc pas un type d'environnement inconnu pour Eve.
  • Eve et Éole ont connu 3 nidifications réussies, toutes à des endroits différents: l'église Saint-Marc en 2015, l'incinérateur des Carrières en 2016 et l'Université de Montréal en 2018. Et si Eve a eu une vie avant de rencontrer Éole, il pourrait même y avoir un 4ième endroit puisqu'il est quasiment impossible qu'une nidification réussie soit passée inaperçue à l'église Saint-Marc ou à l'incinérateur des Carrières. Certes l'église Saint-Marc a été rendue inutilisable pour les faucons pèlerins à l'automne 2015 mais je n'ai pas connaissance qu'Eve ou Éole aient été revus à cet endroit après leur nidification de 2015. Éole et Eve avaient tenté sans succès de nicher à l'incinérateur des Carrières en 2014.
  • Eve a du faire face seule à ce qui pour elle était une attaque sur ses petits: je parle du baguage. Or certains éléments suggèrent qu'elle a plutôt mal vécu cet évènement. Je développerai ce point plus en détail. Je précise dès à présent que je suis 100% en faveur des baguages. 
  • Contrairement à Spirit, Eve n'a pas vécu un baguage en tant que juvénile.


Un baguage mal vécu?

Le baguage des 4 juvéniles nés à l'Université de Montréal a eu lieu le 10 juin 2018.  Eve a du faire face seule à cette épreuve. 36 heures plus tard, les fauconneaux quittaient définitivement le nichoir. Puis le 26 juin, Éole et Eve réagissaient très fortement à la présence de travailleurs sur un toit.

Le baguage

Lors du baguage, Éole était selon toute vraisemblance à la chasse. Eve a donc du faire face seule. Circonstance possiblement aggravante, comme je l'ai déjà mentionné, Eve n'a pas connu le baguage en tant que juvénile. Lorsque Éole est revenu avec une proie après la fin du baguage Eve a cessé de crier mais elle a laissé Éole nourrir les fauconneaux alors que c'était en principe son rôle. Elle a eu d'autres comportements étranges par la  suite comme par exemple promener la proie entre le nichoir et l'extérieur sans raison apparente.

 

Les fauconneaux évacuent le nichoir

La nuit suivant le baguage, les fauconneaux ont tous dormi dans le nichoir. Mais cela a été leur dernière nuit à cet endroit. Évidemment il est impossible de savoir si cette décision est venue des fauconneaux ou des adultes. Mais les animaux sont sans doute suffisamment intelligents (on pourrait aussi parler d'instinct) pour réaliser que si un prédateur est venu une fois - même s'il n'a pas réussi à tuer de petit - il pourrait revenir. Par conséquent dès que (tous) les petits sont en état de quitter le nid, il serait compréhensible que les adultes les amènent ailleurs. À noter que lors du baguage les intrus se trouvaient sur une portion très limitée de la tour puisqu'ils sont arrivés par l'intérieur de la tour. Les autres endroits de la tour ont donc pu être considérés sécuritaires par Eve.

Réaction très forte des adultes face à des travailleurs sur un toit

Le matin du 26 juin, les 2 adultes ont survolé en alarmant un toit sur lequel se trouvaient des travailleurs. Pourtant aucun fauconneau ne se trouvait sur ce toit.  Certes les 2 fauconneaux mâles se trouvaient sur une petite tour située sur ce toit, mais à une hauteur de plusieurs étages. La photo ci-dessous donne une idée de la situation (lorsque j'ai pris la photo, il n'y avait aucun cri d'alarme de la part des faucons comme si les faucons n'intervenaient que lorsque les travailleurs franchissaient une certaine ligne).


Je n'ai pas connaissance qu'Éole et Eve ont eu une telle réaction à l'église Saint-Marc ni à l'incinérateur des Carrières, pourtant dans les 2 cas des fauconneaux se sont retrouvés proches des humains lors de leurs premiers vols. Je n'ai pas assisté non plus à une telle scène aux autres sites que j'ai l'habitude de surveiller (Échangeur Turcot, Pont Champlain, Tour de la Bourse). Se pourrait-il qu'Eve ait réagi aux travailleurs qui s'approchaient des fauconneaux en raison du baguage et qu'elle ait entrainé Éole?

 

Conclusion

Le fait que les nids de corbeau de l'Oratoire Saint-Joseph seront sans doute encore disponibles au printemps prochain, qu'Eve a plusieurs fois déjà changé de site de nidification et qu'elle pourrait avoir mal digéré le baguage promet un certain suspens pour 2019. Même s'il existe de bons arguments en faveur d'une réutilisation du nichoir en 2019, disons qu'il serait préférable qu'il n'y ait pas de présence humaine sur la tour durant les mois qui précèdent la nidification! Dans l'immédiat il sera intéressant de voir l'utilisation qu'Eve et Éole feront de l'Oratoire. Le fréquenteront-ils cet hiver? Eve suivra-t-elle l'exemple de Spirit en dormant à l'Oratoire durant la saison froide? 

Eole et Eve s'installent à l'Oratoire Saint-Joseph, visitent les nids de corbeau

Cet article a été publié le 12 août 2018.

Ces derniers jours, Éole et Eve étaient souvent vus à l'Oratoire Saint-Joseph, accompagnés de fauconneaux ou seuls. Éole et Eve en ont profité pour visiter 2 nids de corbeau. Par ailleurs 2 observations en soirée permettent d'envisager la possibilité qu'Eve a dormi à l'Oratoire.

Par souci de simplification j'ai supposé que les faucons pèlerins adultes observés étaient Éole et Eve. De toute façon, Eve n'étant pas baguée, il ne sera jamais possible de l'identifier avec certitude. Quant à Éole il n'a pas été toujours possible de lire sa bague au complet. Une observation, celle du 26 juillet, est cependant troublante en ce sens qu'elle suggère - en combinaison avec les enregistrements de la caméra de Faucons de l'UdeM - qu'il pourrait y avoir eu 3 faucons pèlerins adulte.

Cet article couvre principalement la période du 20 au 29 juillet.


Observations antérieures

Les visites de l'Oratoire Saint-Joseph par les faucons pèlerins de l'Université de Montréal ne sont pas nouvelles. Je me suis même fait dire qu'avant de venir nicher à l'Université de Montréal en 2009 le couple de faucon était installé  à l'Oratoire et que c'est la réfection de sa toiture qui les a forcés à déménager (si quelqu'un a des informations sur cet épisode, contactez-moi). Ce que j'ai pu constater par moi-même c'est que Spirit semblait aimer cet endroit, et par conséquent on la voyait régulièrement à l'Oratoire, ainsi que ses compagnons successifs. Spirit utilisait entre autre l'Oratoire comme dortoir durant l'hiver. Au printemps 2012, c'est à l'Oratoire que Spirit et Roger ont tenté de nicher (sans succès) pendant que la tour de l'université de Montréal était en travaux. Je mentionnerai 2 autres observations notables de l'ère de Spirit.  D'abord durant la saison de nidification de 2014, Spirit, Roger et au moins un fauconneau ont été observés visitant un nid de corbeau. Puis le 15 janvier 2015, j'ai observé à l'Oratoire un accouplement entre Spirit et Eole, le premier accouplement observé du nouveau couple Spirit-Éole.

Après que Eve eut chassé Spirit en juin 2017, Eole et Eve ont été observés à quelques reprises à l'Oratoire. Ma dernière observation des 2 faucons avant juillet 2018 remonte au 22 septembre 2017

Durant la première moitié de 2018, je ne manquais pas lors de mes observations à l'université de Montréal de zoomer sur les perchoirs habituellement par les faucons à l'Oratoire, sans rien remarquer. Je n'ai pas non plus noté de déplacements réguliers dans cette direction. Le 6 juin j'ai discuté avec une employée de l'Oratoire qui travaille à l'aménagement paysager et qui avait déjà montré dans un passé un intérêt pour les faucons. Elle m'a indiqué que ça faisait un mois qu'elle avait recommencé à travailler et qu'elle n'avait remarqué ni faucon ni reste de proie.

Le 6 juillet un des juvéniles est parti dans la direction de l'Oratoire. De loin j'ai remarqué un peu plus tard un oiseau qui tournait autour du lanterneau de l'Oratoire. Mais en me rendant sur place ce sont des jeunes corvidés qui s'amusaient en vol que j'ai trouvés. Le 14 juillet, j'observe 3 faucons pèlerins sur l'antenne de télécommunication de Rockhill, dont au moins un juvénile (Rockhill est un ensemble de plusieurs immeubles qui jouxtent l'Oratoire).

 

Des fauconneaux à l'Oratoire

Observation du 20 juillet

Bien que les fauconneaux ont sans doute commencé à fréquenter l'Oratoire quelques jours auparavant, c'est le 20 juillet que je documente pour la première fois leur présence.

À 9h du matin je surveillais Isis et un adulte à l'Université de Montréal. À 9h37 j’aperçois 2 faucons qui s'éloignent vers l'Oratoire, au moins un étant un fauconneau à en juger par les cris. Je constate immédiatement que l'adulte n'est plus son perchoir. Isis quitte dans la même direction à 10h09. À 10h17 en zoomant sur l'Oratoire je constate la présence de ce qui semble être 2 faucons pèlerins. Une fois rendu sur place je constate qu'il y a en fait 3 juvéniles sur les corniches de l'Oratoire.
2 faucons pèlerins juvéniles - 20 juillet 2018

Un 3ième faucon pèlerin juvénile - 20 juillet 2018

Pendant que j'examinais les autres corniches pour tenter de trouver le 4ième juvénile, 2 des juvéniles se sont envolés en direction de Queen Mary. Il était 10h46. J'ai réussi à identifier le fauconneau restant comme étant Isis et j'ai également remarqué un adulte.
Faucon pèlerin adulte - 20 juillet 2018

J'ai quitté à 12h35.

Observation du 21 juillet

À 6h13 je remarque depuis l'université ce qui semble être un faucon pèlerin à l'Oratoire. Sur place je ne trouve aucun faucon.  Mais entre 7h20 et 7h23 j'assiste à l'arrivée de 3 juvéniles. J'arriverai à en identifier 2 sur 3: Altair et Aura. Les juvéniles ont en particulier du faire face à un merle d'Amérique pas content de leur présence. À 7h34 2 juvéniles s'envolent en direction de l'institut gériatrique (qui est aussi la direction de l'aéroport de Montréal). Seule Aura reste et elle était encore présente quand j'ai quitté à 8h42. J'ai jeté un rapide coup d’œil à l'institut gériatrique sans rien remarquer. Rien de visible non plus à l'université de Montréal vers 9h30.

Aura et un juvénile non identifié face à un merle d'Amérique

Altair (C70) sur l'ornement de droite de la façade avant

Aura (82W) sous le toit de la façade avant

Observation du 22 juillet

De 17h à 21h j'observe principalement à l'Université de Montréal. Après avoir observé Altair et un juvénile non identifié à l'université, je décide de jeter un coup d’œil à l'Oratoire. À mon arrivée à 18h38 un juvénile quitte en criant. Resté au niveau de la rue Queen Mary je ne vois rien d'autre. Je quitte à 19h. De retour à l'université j'ai à nouveau vu 2 juvéniles, dont 1 qui a poursuivi un corvidé qui n'a pas vraiment apprécié.


Visites des nids de corbeau

Observation du 24 juillet

Lorsque je suis arrivé à l'Oratoire à 11h40, j'ai aperçu un faucon en vol qui s'est posé sous un toit du côté des jardins. J'ai été immédiatement intéressé puisque cela faisait quelques années que se trouvaient sous ce toit 2 nids de branches construits par des corbeaux (un nid à chaque extrémité du dessous du toit). Un fauconneau se trouvait sous le toit de la façade avant de l'Oratoire mais il était trop au fond pour que je puisse bien le voir.

Depuis les jardins de l'Oratoire j'ai en effet constaté qu'un adulte se trouvait dans le nid de droite:
Faucon pèlerin adulte au nid de corbeau de droite

Ce faucon n'était pas bagué à la patte gauche, il s'agissait donc d'Eve:
Eve à droite du nid
À 12h11 Eve s'envole et rejoint le nid de gauche. On entend une forte discussion (fichier audio à venir), indice de la présence d'un 2ième faucon. Un faucon quitte cet endroit une minute plus tard et la discussion cesse. Mais Eve Belisle a pu confirmer via la caméra qu'un faucon se trouvait toujours au nid (ironiquement je ne pouvais pas voir le faucon bien que je me trouvais à quelques mètres alors que la caméra située beaucoup plus loin en était capable; en fait, à cause d'un arbre, mon seul point d'observation se trouvait pratiquement au pied de la façade et le faucon était trop au fond de la corniche pour que je puisse le voir).

À 12h37 je découvre Éole (bague noire à la patte gauche) sur un ornement de la façade avant. Je ne m'attarde pas. À 12h47 je suis sur la rue Surrey Gardens d'où j'ai une bonne vue sur les nids de corbeau. Eve est toujours là:
Je quitte presque aussitôt pour aller manger et chercher mon trépied.

Je suis de retour à 15h43. Un faucon adulte est perché sur l'ornement central de la façade avant. Lorsqu'il s'envole à 16h23, il ne semble montrer aucune bague: il s'agirait donc d'Eve
À 16h51, 2 faucons arrivent en poussant des cris de juvénile. Je monte aux jardins. Un juvénile se perche sur la croix de l'Oratoire, un autre vole autour de lui. Je décide de faire le tour et je rejoins la rue Surrey Gardens. Les juvéniles ont disparu mais un adulte est au nid de corbeau côté gauche.
La pluie m'empêche de filmer. Le faucon s'envole vers 17h29. À 17h48 je trouve un faucon adulte non bagué sous le toit de la façade Avant. Plusieurs averses interrompent l'observation. À 19h50 le faucon s'envole et va se percher près du nid de corbeau de gauche. Au même moment un autre faucon arrive et se perche sur une corniche supérieure. Je suis alors sur la rue Queen Mary. À 20h07 le faucon quitte les abords du nid et se perche sur l'ornement central de la façade avant. À 20h18 il descend de l'ornement et j'ai eu l'impression qu'il voulait se blottir contre l'ornement mais il remonte sur l'ornement à 20h25. Il était toujours là à 20h55 quand j'ai quitté (coucher du soleil le 24 juillet à Montréal: 20h32). L'autre faucon a quitté à 20h26. À moins qu'il y a eu une substitution pendant les averses, le faucon qui est resté à l'Oratoire était Eve; l'autre faucon était sans doute Éole.

Observation du 25 juillet

J'arrive sur Surrey Gardens à 11h31 juste au moment où un faucon quitte le nid de corbeau de gauche. Un 2ième faucon est toujours au nid. Il y est toujours quand je quitte vers 13h. En redescendant je trouve un adulte sous le toit de la façade Avant ainsi que 2 juvéniles sur des corniches.


Le mystère du 26 juillet: 3 adultes?

Le 26 juillet j'observe un adulte et un fauconneau. Pourtant 2 adultes ont été aperçus au nichoir de l'Université de Montréal pendant cette période de temps. Il est bien sur possible que l'adulte ait fait un aller-retour à l'université sans que je m'en aperçoive  mais cette histoire est troublante. Je vais donc la raconter en détails.

Mes observations à l'Oratoire

Je passe rapidement sur une première période d'observation de 11h20 à 13h: je n'ai vu aucun faucon aller aux nids de corbeau, j'ai vu un juvénile sur une corniche et j'ai sans doute assisté à un transfert de proie en vol près de l'antenne de Rockhill d'Éole à un(e) juvénile (Éole est venu se percher sur la façade avant de l'Oratoire par la suite, ce qui m'a permis de l'identifier).

Je suis de retour à 14h55. J’aperçois un adulte et un juvénile. Quelques minutes plus tard je remarque un autre juvénile. Ces 2 juvéniles ont été identifiés par la suite comme étant Aura et Isis. J'ai pu prendre de multiples photos des pattes de l'adulte qui montrent que celui-ci n'est pas bagué.
Adulte non bagué, 15h12
Ayant déterminé que l'adulte n'était pas bagué, je me suis concentré sur les fauconneaux. Ma dernière photo de l'adulte date de 15h13, ma dernière photo d'une fauconneau de 15h40. Après cela une averse m'a forcé à m'abriter. Je n'ai repris l'observation qu'à 15h57: l'adulte et un juvénile étaient alors visibles. C'est à ce moment qu'a commencé l'observation à l'Université de Montréal.

 

Adultes à l'Université de Montréal

9 photos de la visite des adultes à l'Université de Montréal ont été publiées sur Facebook avec le texte suivant: "Les 2 parents sont arrivés à quelques minutes d'intervalles et repartis aussitôt. 26 juillet 2018 (15h57 à 16h13)". La caméra était maniée par Sola. Sola m'a par la suite donné plus de détails via le chat et Lise Vaillancourt m'a envoyé une photo prouvant que le premier adulte était Éole. Merci à elles.

Ce qui suit est basé sur la capture d'écran de ma conversation avec Sola. Éole est arrivé au nichoir à 15h57 où il est resté une quinzaine de minutes. À 16h13mn56 une photo le montre regardant vers le haut et criant (d'après la légende de Lise Vaillancourt; Sola m'a également indiqué qu'il a vocalisé un peu). L'heure est difficilement visible sur la photo envoyée par Lise Vaillancourt mais il semble que c'est 16h14. On y voit le faucon sur le toit du nichoir. Le E83 sur sa bague confirme qu'il s'agit d'Éole. La photo ci-dessous est un agrandissement de la photo envoyée par Lise Vaillancourt.

Éole sur le toit du nichoir (crédits: Lise Vaillancourt et http://www.fauconsudem.com/)

Les photos du 2ième adulte ne sont malheureusement pas datées mais il serait arrivé au nichoir après le départ du premier faucon et il y serait resté environ 5 minutes ("arrivée 2 minutes après et restée comme 5 minutes"). Sur 2 des photos on voit une partie substantielle de la patte gauche de ce 2ième adulte et aucune bague n'est visible. Afin d'effacer tout doute il aurait été souhaitable de voir une partie plus importante de la patte mais d'après Eve Belisle il s'agit bien de 2 faucons différents.

Suite de mon observation à l'Oratoire

À mon retour à l'extérieur après l'averse à 15h57, un adulte était visible au même endroit qu'auparavant. En revanche un seul juvénile était encore visible et il avait changé de place. À 16h08 j'avais identifié le juvénile comme étant Aura. J'ai alors cessé de prendre des photos puisque je craignais d'être à court de batterie. Ce n'est qu'à 16h29 que j'ai photographié à nouveau l'adulte:

Aura s'est envolée à 16h47, a apparemment tenté d'attraper quelque chose sur la cime d'un arbre puis a disparu. Je me suis déplacé pour jeter un coup d’œil aux jumelles sur l'antenne de Rockhill et sur la tour de l'université de Montréal, sans le revoir. À mon retour à 17h03 l'adulte était toujours au même endroit. Il s'est envolé à 17h21 dans la direction opposée à l'université de Montréal.


À 17h44 je suis témoin d'interactions en vol entre 2 faucons où on pouvait entendre à la fois des cris de juvénile et des tsioups d'adulte. J'ai pu suivre aux jumelles l'un d'eux jusqu'à la tour de l'Université de Montréal où il s'est posé. J'ai ensuite quitté l'Oratoire pour poursuivre mes observations à l'Université de Montréal. Entre 18h et 21h j'ai eu l'occasion d'observer 2 juvéniles (Isis et vraisemblablement Aura) ainsi qu'un adulte.

Une autre visite d'Éve et d'Éole à l'université le sur-lendemain 

Le 28 juillet Éve et Éole ont visité l'université de Montréal. J'ai eu la chance de voir cette visite en direct via la caméra. Les 2 faucons étaient visibles en même temps, l'un au nichoir et l'autre à proximité. J'ai peu de doute qu'il s'agissait effectivement d'Eve et d'Éole et les vocalisations ne suggéraient absolument pas la présence d'un intrus. Quelques photos ont été publiées sur Facebook.

Discussion

S'il n'y avait que 2 faucons adultes le 26 juillet, celui de l'Oratoire ne pouvait être qu'Eve puisqu'il était présent au moment où un faucon bagué a été observé à l'Université de Montréal (ceci est également consistant avec les photos prises à 15h12 à l'Oratoire qui montrent un faucon non bagué). Eve aurait donc fait un aller-retour à l'université de Montréal entre 15h57 et 16h29 sans que je m'en aperçoive. Pourtant je n'ai rien fait d'autre qu'observer (pas de texto, pas de discussion avec des gens, pas de lecture).  Une explication possible est que j'ai quitté momentanément mon poste d'observation pour examiner les autres corniches. Une telle absence, si elle a eu lieu entre 16h08 et 16h29, n'était pas très longue puisque je n'avais jamais vu de faucon sur les corniches donnant vers le parking supérieur cette année et je n'avais donc aucune raison de m'attarder. Les photos que j'ai prises à 16h29 pourraient coïncider avec mon retour à mon point d'observation initial. Une autre étrangeté est que j'ai trouvé non seulement l'adulte à la même place mais également Aura. On peut également se questionner sur la raison de cet aller-retour.

S'il y avait un 3ième faucon adulte, plusieurs scénarios sont possibles
  • L'intrus est le 2ième faucon à visiter le nichoir. Ce scénario a l'avantage de ne pas nécessiter un déplacement du faucon que j'observais à l'Oratoire. 
  • L'intrus est le faucon que j'observais à l'Oratoire. Dans ce cas il cohabitait avec 2 juvéniles mais il est vrai que je n'ai pas vu d'interaction entre l'adulte et les juvéniles (excepté à 17h44 mais comme l'adulte s'était envolé à 17h21 je ne peux pas garantir que l'adulte impliqué dans la poursuite était celui que j'observais).
  • L'intrus est un faucon qui aurait visité l'université de Montréal sans être remarqué par la caméra. Son intrusion aurait provoqué la venue d'Éole puis d'Eve.
La visite d'Eve et d'Éole à l'université le lendemain apporte du poids à l'idée que ce sont eux qui ont visité le nichoir le 26 juillet. D'un autre côté, si un intrus avait profité de leur absence pour visiter l'université, il serait compréhensible qu'Eve et Éole soient davantage présents à l'université pour éviter qu'une telle intrusion se reproduise.


29 juillet

Je suis arrivé à l'Oratoire Saint-Joseph à 7h16. Aucun faucon ne semblait présent. Un adulte est arrivé à 7h49 et s'est perché sur la corniche près du nid de corbeau de droite. Il a plongé vers l'avant de l'Oratoire à 7h55. J'ai trouvé Éole sur la façade avant de l'Oratoire quelques instants plus tard. À 8h18 2 juvéniles arrivent de la direction de l'Université de Montréal en criant. Éole préfère quitter. Comme on l'entend dans la vidéo ci-dessous un des juvéniles poussait des cris d'alarme (j'espère d'ailleurs qu'il a été puni pour cela par un des adultes!).

Les 2 juvéniles repartent presque aussitôt. Un adulte (probablement Éole) revient se percher sur la façade Avant à 8h28. Il y est toujours quand je quitte à 9h37. Une photo prise de loin montre un faucon à côté du nid de corbeau de gauche à 9h40. J'ignore s'il s'agissait d'Éole qui s'est déplacé ou d'un autre faucon.

Je décide de revenir en fin de journée. J'arrive à l'Oratoire à 17h33. Aucun faucon ne semble présent. À 17h42 j’aperçois un faucon en vol qui finit par se poser sur la croix de l'Oratoire 4 minutes plus tard. Il y restera jusqu'à 18h13. Je l'ai ensuite perdu très haut dans le ciel. De 19h à 19h25 j'observe aux jumelles 2 faucons à l'Université de Montréal. J'interromps cette surveillance lointaine lorsque j'entends un merle d'Amérique se mettre à alarmer. Vérification faite, un adulte se trouvait sur la corniche supérieure de l'Oratoire au-dessus des nids de corbeau. Il y était toujours à 20h51 quand j'ai quitté (coucher du soleil le 29 juillet: 20h26).


Conclusion

Jusqu'à l'année dernière les présences d'Éole (et parfois d'Eve) à l'Oratoire Saint-Joseph étaient probablement liées à la présence de Spirit à cet endroit. Pour la première fois, Éole et Eve fréquentent cet endroit indépendamment de Spirit. Il sera intéressant de voir jusqu'à quand Éole et Eve seront présents à cet endroit, en particulier si on les verra au-delà du 22 septembre. On sait qu'Eve passe ses hivers à l'église Saint-Jean-Baptiste. Il sera intéressant également de voir si elle troquera cette église pour l'Oratoire, beaucoup plus proche de l'Université de Montréal. À plus long terme, se pourrait-il qu'Eve et Éole décident de nicher à l'Oratoire plutôt qu'à l'Université de Montréal? J'aborde cette question dans un article séparé